Document d'information : Transition vers une économie propre

Une économie propre en est une qui crée de bons emplois pour les Canadiennes et les Canadiens, qui maintient à un bas niveau les émissions qui sont à l'origine des changements climatiques et qui investit dans la protection de l'environnement.

Depuis le budget de 2016, le gouvernement a engagé plus de 60 milliards de dollars afin de faire de cette économie une réalité pour les Canadiens, notamment par les investissements suivants :

  • 26,9 milliards de dollars destinés aux infrastructures vertes, sur une période de 12 ans;
  • 28,7 milliards de dollars dans les infrastructures destinées au transport en commun, sur une période de 10 ans;
  • 2 milliards de dollars versés au Fonds pour une économie à faibles émissions de carbone, sur une période de deux ans, à compter de 2017-2018;
  • 1,5 milliard de dollars au Plan de protection des océans, sur une période de cinq ans, à compter de 2017-2018;
  • 1,3 milliard de dollars à l'initiative du Patrimoine naturel, sur une période de cinq ans, à compter de 2018-2019;
  • 2,3 milliards de dollars pour le financement des technologies propres, sur une période de cinq ans, à compter de 2017-2018;
  • 1,0 milliard de dollars pour les initiatives en matière d'efficacité énergétique par l'intermédiaire de la Fédération canadienne des municipalités en 2018-2019 par des investissements dans l'infrastructure verte et l'élaboration d'un Cadre pancanadien sur les changements climatiques.

Le gouvernement a aussi démontré qu'il était résolu à bâtir une économie propre :

  • en tarifiant la pollution et en réinvestissant 10 % des produits dans les entreprises afin de contribuer à une efficience accrue et à l'adoption de nouvelles technologies;
  • en réglementant une réduction de 40 à 45 % des émissions de méthane dans le secteur pétrolier et gazier d'ici 2025;
  • en éliminant progressivement les centrales électriques au charbon d'ici 2030;
  • en réalisant des investissements historiques dans le cadre du Plan de protection des océans;
  • en établissant de nouvelles aires marines protégées sur la côte de la Colombie-Britannique;
  • en octroyant 167,4 millions de dollars pour l'Initiative de protection des baleines, ainsi qu'un montant supplémentaire de 61,5 millions en vue de contrer les menaces pour la population d'épaulards résidents du sud;
  • en engageant une somme de 626,3 millions de dollars pour donner suite aux recommandations de l'Office national de l'énergie et de mettre en œuvre des mesures d'accommodement pour répondre aux préoccupations des groupes autochtones.

Le secteur pétrolier et gazier remplira un rôle important pendant cette transition, qui ne peut s'effectuer du jour au lendemain. Le projet d'agrandissement du réseau de Trans Mountain (TMX) représente un investissement considérable dans l'avenir énergétique du Canada. Il créera de bons emplois pour la classe moyenne tout en maintenant les plus hautes normes environnementales. Une fois le projet approuvé, le gouvernement sera encore mieux placé pour financer la transition vers une économie propre.

Afin de soutenir ce travail important, le gouvernement fédéral est déterminé à utiliser chaque dollar qu'il tirera du Projet pour investir dans la transition du Canada vers l'énergie propre.

Le ministère des Finances estime que les rentrées additionnelles d'impôt sur le revenu des sociétés pourraient totaliser environ 500 millions de dollars par année lors de l'exécution du projet.

De plus, tous les produits nets de la vente éventuelle du projet seront également investis dans la transition vers une économie à faibles émissions de carbone. Un tel montant pourrait servir à financer des projets de transport en commun, de logement et d'infrastructure verte à l'échelle du pays, à faire avancer la mise au point de technologies propres ultramodernes, à rendre l'électricité plus fiable et plus abordable et à investir dans l'avenir des transports, parmi d'autres mesures.

Le gouvernement est déterminé à faire fructifier les ressources naturelles du Canada d'une façon plus propre et plus durable, ce qui créera de bons emplois pour la classe moyenne, maintiendra la compétitivité des entreprises canadiennes sur les marchés mondiaux, assurera notre cheminement vers un futur d'énergie propre et contribuera à réaliser notre ambitieux plan de lutte contre les changements climatiques.