Archivé - Le ministre Oliver fait bon accueil à la sanction royale de la Loi no 2 sur le plan d’action économique de 2014

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Le gouvernement Harper continue de mettre l’accent sur l’emploi et la croissance tout en rétablissant l’équilibre budgétaire

Le 17 décembre 2014 – Ottawa (Ontario) – Ministère des Finances

Le ministre des Finances, Joe Oliver, a accueilli favorablement aujourd’hui la sanction royale du projet de loi C‑43, intitulé Loi no 2 sur le plan d’action économique de 2014.

Cette loi comprend les éléments suivants :

Soutenir l’emploi et la croissance

  • Appuyer la création d’emplois et la croissance de l’économie canadienne en proposant le nouveau crédit pour l’emploi visant les petites entreprises.
  • Rendre le régime fiscal plus simple et plus équitable pour les entreprises agricoles et les entreprises de pêche.
  • Proposer de nouvelles normes en matière de rapports de manière à ce que le Canada respecte l’engagement qu’il a pris auprès du Groupe des Huit (G-8) d’accroître la transparence des entités exerçant des activités dans les industries extractives.
  • Continuer d’assurer aux entreprises et aux investisseurs canadiens l’accès aux marchés dont ils ont besoin pour prospérer dans l’économie mondiale.

Appuyer les familles et les collectivités

  • Doubler le montant du crédit d’impôt pour la condition physique des enfants pour le faire passer à 1 000 $ et rendre ce crédit remboursable.
  • Mettre fin à la pratique des fournisseurs de services de télécommunications consistant à « facturer la facturation », en vertu de laquelle les abonnés doivent payer pour obtenir leurs factures sur papier, ce qui remplit un engagement pris dans le discours du Trône de 2013.
  • Réduire le fardeau administratif des organismes de bienfaisance en leur permettant d’utiliser des outils électroniques modernes pour la collecte de fonds.
  • Créer un répertoire national de données génétiques de personnes disparues reposant sur la comparaison des profils d’ADN afin d’appuyer les responsables de l’application des lois dans leurs enquêtes et d’aider les familles des personnes disparues à faire leur deuil.

Améliorer l’équité et l’intégrité du régime fiscal

  • Éliminer l’imposition à taux progressifs des fiducies et de certaines successions.
  • Protéger l’assiette fiscale en empêchant le transfert de certains revenus de source canadienne à des pays ayant des taux d’imposition faibles ou nuls.
  • Apporter des ajustements à la politique qui encourage l’échange de renseignements fiscaux.
  • Ajouter de nouvelles conditions aux règles fiscales sur l’admissibilité à l’exception relative aux institutions financières étrangères réglementées.

Les faits en bref

  • Depuis que le gouvernement a présenté le Plan d’action économique en réaction à la récession mondiale, le Canada a plus que récupéré la production et les emplois perdus pendant la récession.
  • Le Fonds monétaire international et l’Organisation de coopération et de développement économiques prévoient tous deux que le Canada fera partie des pays du G-7 dont la croissance économique sera la plus forte cette année et l’an prochain.
  • Le produit intérieur brut réel du Canada a nettement dépassé les niveaux enregistrés avant la récession – il s’agit de la meilleure performance du G-7.
  • Selon la firme KPMG, les coûts fiscaux globaux des entreprises au Canada sont les plus faibles du G-7, et ils sont inférieurs de 46 % à ceux qui prévalent aux États-Unis.

Citation

« Le Plan d’action économique du Canada est bénéfique à l’ensemble des Canadiennes et des Canadiens au moment où nous nous acheminons vers l’atteinte de l’équilibre budgétaire en 2015. La sanction royale de la Loi no 2 sur le plan d’action économique de 2014 permettra de créer des emplois, d’appuyer les familles et les collectivités et d’investir dans l’infrastructure. »

- Joe Oliver, ministre des Finances

Produit connexe

Liens connexes

Contacts

Nicholas Bergamini
Attaché de presse
Cabinet du ministre des Finances
613-369-5696

Stéphanie Rubec
Relations avec les médias
Ministère des Finances
613-369-4000

Restez branchés