Archivé - Le Canada au FMI et au Groupe de la Banque mondiale 2014-2015 : Partie 3 de 3

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Rapport sur les opérations effectuées en vertu de la Loi sur les accords de Bretton Woods et des accords connexes

Table des matières Précédent

Annexe 7
Prêts de la BIRD et crédits de l’IDA

Statistiques sommaires pour l’exercice 2015
M$US
  BIRD IDA Montant total
Par région  
Afrique 1 209 10 360 11 569
Amérique latine et Caraïbes 5 709 315 6 024
Asie de l’Est et Pacifique 4 539 1 803 6 342
Asie du Sud 2 098 5 762 7 860
Europe et Asie centrale 6 679 527 7 206
Moyen-Orient et Afrique du Nord 3 294 198 3 492
 
Total 23 528 18 966 42 494
Par secteur  
Agriculture, pêche et foresterie     4 072
Droit, justice et administrations publiques     6 646
Eau, assainissement et protection contre les inondations     4 045 
Éducation     3 128  
Énergie et mines      4 319
Finances      4 297
Industrie et commerce      405
Information et communication      353
Santé et autres services sociaux     6 925 
Transports      8 292
 
Total     42 495
Dont BIRD     23 528
Dont IDA     18 966
Nota – Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué.

Annexe 8
Opérations approuvées aux fins de l’aide de la BIRD et de l’IDA

Exercice 2015, par région et pays
M$US
  BIRD IDA Total
 


Région et pays Nombre Montant Nombre Montant Nombre Montant
Afrique            
Afrique (région)     12 1 936 12 1 936
Afrique centrale     2 22 2 22
Afrique de l’Est     6 354 6 354
Angola 1 650        
Bénin     2 60 2 60
Burkina Faso     3 230 3 230
Burundi     3 72 3 72
Cameroun     1 100 1 100
Cap-Vert     1 10 1 10
Comores     2 9 2 9
Congo, Rép. dém. du     4 487 4 487
Congo, Rép. du 1 45   15 1 60
Côte d’Ivoire     4 240 4 240
Éthiopie     3 1 320 3 1 320
Gambie     1 5 1 5
Ghana     3 680 3 680
Guinée     4 100 4 100
Guinée-Bissau     1 5 1 5
Kenya     5 795 5 795
Libéria     2 90 2 90
Madagascar     2 95 2 95
Malawi     2 155 2 155
Mali     2 96 2 96
Mauritanie     1 15 1 15
Mozambique     6 394 6 394
Niger     2 117 2 117
Nigéria 1 500 3 975 4 1 475
Ouganda     4 515 4 515
Rwanda     3 270 3 270
Sénégal     3 170 3 170
Seychelles 2 14     2 14
Sierra Leone     1 30 1 30
Soudan du Sud     1 9 1 9
Tanzanie     6 842 6 842
Tchad     1 18 1 18
Zambie     2 130 2 130
Total 5 1 209 98 10 360 103 11 569
 
Asie de l’Est et Pacifique            
Chine 14 1 822     14 1 822
Fidji 1 50     1 50
Îles du Pacifique     4 13 4 13
Îles Marshall     2 8 2 8
Îles Salomon     3 24 3 24
Indonésie 2 1 000     2 1 000
Kiribati     1 9 1 9
Micronésie, États fédérés de     2 53 2 53
Myanmar     4 700 4 700
Philippines 3 917     3 917
Rép. dém. populaire lao     4 83 4 83
Samoa     3 37 3 37
Timor-Leste            
Tonga     2 16 2 16
Tuvalu     3 16 3 16
Vanuatu     2 61 2 61
Vietnam 2 750 5 784 7 1 534
Total 22 4 539 35 1 803 57 6 342
 
Europe et Asie centrale            
Albanie 5 507     5 507
Arménie 4 247     4 247
Asie centrale (région)     1 45 1 45
Azerbaïdjan 2 300     2 300
Bélarus 2 291     2 291
Bosnie-Herzégovine 1 50     1 50
Croatie 2 279     2 279
Géorgie 4 225     4 225
Kazakhstan 3 228     3 228
Macédoine, ex-rép. yougoslave de 1 71     1 71
Moldavie 2 71 1 29 3 100
Monténégro 1 69     1 69
Ouzbékistan 1 195 2 305 3 500
Pologne 1 966     1 966
Rép. kirghize     4 76 4 76
Roumanie 1 243     1 243
Serbie 3 444     3 444
Tadjikistan     7 72 7 72
Turquie 2 1 150     2 1 150
Ukraine 4 1 345     4 1 345
Total 39 6 679 15 527 54 7 207
 
Amérique latine et Caraïbes            
Argentine 6 1 337     6 1 337
Belize 1 30     1 30
Bolivie 1 100   100 1 200
Brésil 2 550     2 550
Colombie 2 1 400     2 1 400
Équateur 1 103     1 103
Grenade 1       1  
Haïti     1 50 1 50
Honduras     2 80 2 80
Jamaïque 4 180     4 180
Mexique 3 850     3 850
Nicaragua     2 85 2 85
Panama 1 300     1 300
Paraguay 1 100     1 100
Pérou 2 455     2 455
Rép. dominicaine 2 105     2 105
Uruguay 1 200     1 200
Total 28 5 709 5 315 33 6 024
 
Moyen-Orient et Afrique du Nord            
Djibouti     1 5 1 5
Égypte 3 1 400     3 1 400
Jordanie 1 50     1 50
Liban 2 489     2 489
Maroc 6 1 055     6 1 055
Tunisie 1 300     1 300
Yémen     3 193 3 193
Total 13 3 294 4 198 17 3 492
 
Asie du Sud            
Afghanistan     1 22 1 22
Bangladesh     7 1 924 7 1 924
Bhoutan     1 20 1 20
Inde 5 2 098 8 1 687 13 3 785
Maldives       3   3
Népal     5 541 5 541
Pakistan     9 1 351 9 1 351
Sri Lanka     2 215 2 215
Total 5 2 098 33 5 762 38 7 860
 
Total général 112 23 528 190 18 966 302 42 495
Nota – Inclut les garanties. Les opérations de financement supplémentaire ou additionnel (sauf l’élargissement de projets grâce à un financement additionnel) ne sont pas comptabilisées comme des opérations de prêt distinctes mais sont incluses dans les montants. Les opérations conjointes de la BIRD et de l’IDA sont comptabilisées une seule fois, en tant qu’opérations de la BIRD. Les blancs indiquent une valeur de zéro. Données en date du 21 juillet 2015.

Annexe 9
Acquisitions du Groupe de la Banque mondiale au Canada

Décaissements des emprunteurs de la BIRD et de l’IDA pour des biens et services du Canada
M$US
Exercice de la Banque mondiale (1er juillet au 30 juin) Montant
2006-2007 52,2
2007-2008 61,4
2008-2009 51,6
2009-2010 80,0
2010-2011 49,8
2011-2012 31,2
2012-2013 177,6
2013-2014 105,5
2014-2015 47,1
Nota – D’après les données du Groupe de la Banque mondiale en date du 21 septembre 2015.

 

Décaissements des emprunteurs de la BIRD et de l’IDA pour des biens et services du Canada
$US
Fournisseur Secteur Catégorie Montant
William David Humphrey Agriculture Services-conseils 147 225
Polytechnique de Montréal Éducation Services-conseils 38 244
Sciencetech Éducation Biens 82 200
Antoine Moreau Énergie et mines Services-conseils 88 100
Econoler International Inc. Énergie et mines Services-conseils 160 627
Fabri Forget Énergie et mines Services-conseils 22 154
GENINOV Énergie et mines Biens 239 810
Goeran Lifvenborg Énergie et mines Services-conseils 145 960
Groupement Dev2E International-Fasken Énergie et mines Services-conseils 10 537 134
Jean-Marc Evanat Énergie et mines Services-conseils 529 924
Manitoba Hydro International Énergie et mines Services-conseils 469 000
Paterson, Grant & Watson Limited Énergie et mines Services-conseils 293 000
Spacial Dimension Canada Inc. Énergie et mines Services-conseils 833 200
WSP Canada Inc. Énergie et mines Services-conseils 71 486
WSP Canada Inc. Énergie et mines Services-conseils 796 956
Société canadienne de santé internationale Santé et services sociaux Services-conseils 100 000
Dr Hlatchewayo Santé et services sociaux Services-conseils 2 978
Jane Jenson Santé et services sociaux Services-conseils 409 846
AVESTIN, Inc. Industrie et commerce Biens 341 807
Roche Ltée Groupe Conseil Industrie et commerce Services-conseils 99 000
David Townsend Inform. et communications Services-conseils 31 058
Bernice Una Gookhan-Khan Admin. publique, droit Services-conseils 991 550
Caseware IDEA Admin. publique, droit Biens 58 980
Cowater International Admin. publique, droit Services-conseils 99 000
CRC Sogema Inc. Admin. publique, droit Services-conseils 100 000
Géoimage Solutions Inc. Admin. publique, droit Services-conseils 1 019 997
Gordon Evans Admin. publique, droit Services-conseils 61 515
IBI Group Admin. publique, droit Services-conseils 100 000
IDEA International Admin. publique, droit Services-conseils 999 950
IDEA International Admin. publique, droit Services-conseils 196 229
Le Groupement SGG Group/RMDA Admin. publique, droit Services-conseils 196 250
SETYM International Admin. publique, droit Services-conseils 385 894
CPCS Transcom Transports Services-conseils 139 500
Greg Wood Transports Services-conseils 12 408
Greg Wood Transports Services-conseils 9 776
Greg Wood Transports Services-conseils 5 264
Greg Wood Transports Services-conseils 10 152
LEA International Transports Services-conseils 39 035
LEA International Limited Transports Services-conseils 98 550
M/S LEA International Ltd. Canada Transports Services-conseils 15 000
MMM Group Limited Transports Services-conseils 2 730 016
Tatyana Nychyperovych Transports Services-conseils 92 980
Allan Rotman Eau, trait. de l’eau, prot.inond. Services-conseils 210 677
ECU Inc. Eau, trait. de l’eau, prot.inond. Services-conseils 386 613
Exp International Services Eau, trait. de l’eau, prot.inond. Services-conseils 356 676
Exp International Services Eau, trait. de l’eau, prot.inond. Services-conseils 378 429
Russel Boals Eau, trait. de l’eau, prot.inond. Services-conseils 2 290 006
Russel Boals Eau, trait. de l’eau, prot.inond. Services-conseils 13 000 000
Timothy A. Blak S.P. Eau, trait. de l’eau, prot.inond. Services-conseils 225 000
William David Humphrey Agriculture Services-conseils 147 225
Polytechnique de Montréal Éducation Services-conseils 38 244
Sciencetech Éducation Biens 82 200
Antoine Moreau Énergie et mines Services-conseils 88 100
Econoler International Inc. Énergie et mines Services-conseils 160 627
Fabri Forget Énergie et mines Services-conseils 22 154
GENINOV Énergie et mines Biens 239 810
Goeran LifvenborgG Énergie et mines Services-conseils 145 960
Groupement Dev2E International-Fasken Énergie et mines Services-conseils 10 537 134
Jean-Marc Evenat Énergie et mines Services-conseils 529 924

Annexe 10
Communiqués de 2014-2015 du Comité monétaire et financier international du Conseil des gouverneurs du FMI

Washington, États-Unis
Le 11 octobre 2014

Communiqué de la trentième réunion du CMFI

Présidée par M. Tharman Shanmugaratnam, Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances de Singapour

La reprise économique mondiale se poursuit, mais elle est inégale et plus faible que prévu, et les aléas négatifs se sont accentués. Nous sommes déterminés à rehausser la croissance potentielle et à créer une économie mondiale plus robuste, viable, équilibrée et fortement créatrice d’emplois. Nous appliquerons des mesures volontaristes et ambitieuses pour : dynamiser la demande et éliminer les contraintes qui pèsent sur l’offre en menant des politiques macroéconomiques appropriées et les réformes structurelles indispensables; renforcer la coopération afin de maîtriser les effets de contagion; et continuer de rééquilibrer la demande mondiale. Nous sommes profondément préoccupés par les conséquences humaines et socio-économiques de l’épidémie de fièvre Ebola. Nous nous félicitons du Plan d’action mondial présenté par la Directrice générale.

Économie mondiale. Une reprise inégale se poursuit, en dépit de certains revers. Plusieurs pays sont confrontés à la perspective d’une croissance faible ou ralentie, accompagnée d’un niveau de chômage qui reste inacceptable. Un redémarrage de l’activité économique est en cours dans certains pays avancés, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni. La reprise est modeste au Japon; elle est hésitante dans la zone euro. La croissance économique reste ferme et devrait s’accentuer modérément dans un grand nombre de pays émergents et restera généralement soutenue dans les pays en développement à faible revenu. Des aléas négatifs existent qui sont dus aux défis posés par la normalisation monétaire dans certains pays avancés, à la persistance d’une inflation inférieure aux objectifs dans d’autres, à la recrudescence de la prise de risque dans un contexte de faible volatilité des marchés financiers et au regain de tensions géopolitiques.

Parvenir à une croissance robuste, durable et solidaire. Notre priorité absolue doit être de renforcer la croissance effective d’aujourd’hui et la croissance potentielle de demain, tout en assurant la résilience et la viabilité des économies. Les politiques macroéconomiques accommodantes doivent être maintenues dans les pays dont les ressources sont sous-employées, en étant accompagnées d’une mise en œuvre décisive des réformes structurelles indispensables dans tous les pays. Il convient en particulier de mettre l’accent sur les mesures de nature à : stimuler la demande et l’offre de main-d’œuvre, notamment en réduisant le chômage des jeunes et en développant les possibilités d’emploi pour les femmes et les travailleurs plus âgés; renforcer les flux de crédit en direction des secteurs productifs; et améliorer le climat des affaires pour encourager l’investissement privé. Un surcroît d’investissements publics et privés dans les infrastructures est aussi important pour soutenir la reprise et rehausser le potentiel de croissance, en particulier dans les pays dont les besoins sont clairement identifiés, dont les ressources sont sous-employées et qui disposent d’une marge de manœuvre budgétaire. Tous les pays ont à gagner à une amélioration de l’efficacité des investissements.

Politique budgétaire. Les stratégies budgétaires doivent continuer d’être mises en œuvre avec souplesse de manière à soutenir la croissance et la création d’emplois, tout en plaçant la dette en proportion du PIB sur une trajectoire soutenable. Pour renforcer la contribution des stratégies budgétaires à la croissance économique, les pays doivent envisager de modifier la composition et la qualité des recettes et des dépenses publiques. Dans bon nombre de pays avancés, l’élaboration et la mise en œuvre de plans concrets de rééquilibrage des finances publiques à moyen terme restent essentielles. Les pays émergents et les pays en développement à faible revenu doivent reconstituer leurs amortisseurs budgétaires là où cela est nécessaire, notamment par la mobilisation de recettes. Les pays doivent renforcer leurs cadres institutionnels pour gérer les risques budgétaires, tout en réorientant les dépenses vers les services publics essentiels et en améliorant le ciblage des subventions.

Politique monétaire. La politique monétaire des pays avancés continue de soutenir la reprise et devrait s’attaquer en temps voulu à une inflation qui reste inférieure aux objectifs, en restant attentive aux risques pour la stabilité financière et dans le respect des missions de la banque centrale. À terme, il sera nécessaire de normaliser la politique monétaire sur fond de renforcement de la croissance et de stabilité des prix. Un calibrage rigoureux et une bonne communication de la normalisation réduiraient autant que possible les retombées négatives et les effets de retour, et profiteraient à l’ensemble de l’économie mondiale. Les pays émergents doivent reconstituer leur marge de manœuvre lorsque celle-ci est limitée. Les politiques macroéconomiques doivent être bien conçues et, à cet égard, il convient de laisser les taux de change réagir à l’évolution des paramètres fondamentaux et faciliter l’ajustement extérieur. Lorsqu’il s’agit de contrer les risques pour la stabilité macroéconomique et financière résultant de l’ampleur et de la volatilité des flux de capitaux, l’ajustement nécessaire au plan macroéconomique pourrait être accompagné de mesures prudentielles et, le cas échéant, de mesures de gestion des flux de capitaux.

Tous les pays doivent continuer d’avoir comme priorité d’accroître la résilience du système financier, notamment par des mesures micro- et macroprudentielles bien conçues dans le contexte d’un accompagnement monétaire prolongé et d’une prise de risque excessive sur certains marchés d’actifs.

Coopération et cohérence des politiques économiques. Les déséquilibres mondiaux se sont réduits pour des raisons à la fois structurelles et conjoncturelles, mais le rééquilibrage reste un impératif essentiel, auquel doivent continuer d’œuvrer tant les pays déficitaires que les pays excédentaires. Les réformes de la réglementation financière mondiale devraient être appliquées rapidement et de façon cohérente, notamment pour traiter le problème des établissements trop grands pour faire faillite par des normes de fonds propres et des régimes efficaces de règlement des faillites, harmoniser l’application transnationale des règles régissant les produits dérivés négociés de gré à gré et atténuer les risques potentiels que présentent les systèmes bancaires parallèles pour la stabilité financière. Nous soutenons les travaux en cours au FMI sur la taxation internationale et la mobilisation des recettes, notamment pour remédier à la fraude et à l’évasion fiscales et pour accroître la transparence budgétaire, en étroite coopération avec les organismes internationaux compétents. Il convient de continuer d’améliorer la transparence de la propriété effective des sociétés ainsi que des autres structures juridiques, y compris les trusts. Nous insistons sur l’importance de renforcer le système commercial mondial pour soutenir la croissance économique.

Prêts et surveillance du FMI. Nous saluons l’augmentation de l’aide du FMI en faveur de la Guinée, du Libéria et de la Sierra Leone, touchés par l’épidémie de fièvre Ebola, et nous demandons qu’il poursuive son soutien. Nous appuyons aussi l’intensification de la présence du FMI auprès des États en situation de fragilité. Nous appelons le FMI à rester présent aux côtés des petits États. Nous appuyons le dialogue continu du FMI avec les pays arabes en transition, et nous appelons la communauté internationale à accroître son aide en faveur de ces pays, notamment en mettant en œuvre le Partenariat de Deauville. Nous demandons au FMI de travailler en étroite collaboration avec la Banque mondiale et les autres institutions internationales pour venir en aide aux pays touchés par la crise humanitaire au Moyen-Orient afin d’en atténuer les effets négatifs sur les économies de la région et les retombées sur l’ensemble de l’économie mondiale.

La dérogation temporaire au paiement d’intérêts sur les prêts du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (fonds fiduciaire RPC) entre 2009 et 2014 a bénéficié aux pays à faible revenu. Nous demandons au FMI, en tant que fiduciaire, d’envisager une nouvelle prolongation temporaire de cette dérogation, tout en préservant la capacité d’autofinancement du fonds fiduciaire RPC.

Nous insistons sur l’importance d’un dispositif mondial adéquat de sécurité financière. Le FMI doit continuer d’apporter son soutien, y compris à titre de précaution, aux ajustements et aux réformes indiqués, et de contribuer à la protection contre les risques.

Nous saluons l’examen triennal de la surveillance, l’examen du Programme d’évaluation du secteur financier et les travaux en cours sur l’établissement des conseils macroprudentiels. Nous recommandons d’analyser plus en détail les risques, les effets de contagion et le secteur extérieur, de renforcer et de mieux intégrer la surveillance financière et macroéconomique, d’intégrer la surveillance bilatérale et multilatérale, et de fournir des conseils impartiaux et adaptés en assurant une bonne communication à cet égard. Nous soulignons qu’il importe que le FMI ait des consultations régulières avec tous ses pays membres. Nous nous félicitons des travaux effectués sur les clauses pari passu modifiées et les clauses renforcées d’action collective, et nous appelons le FMI, ses pays membres et le secteur privé à en promouvoir activement l’usage dans les nouvelles émissions d’obligations souveraines internationales. Nous attendons avec intérêt la poursuite des travaux sur la restructuration de la dette souveraine, l’examen des programmes de crise et l’achèvement de l’examen de la politique du FMI en matière de plafonds d’endettement, en combinant à cet égard souplesse et préservation de la viabilité de la dette dans les pays à faible revenu.

Gouvernance. Nous sommes profondément déçus du retard persistant qui empêche d’avancer dans les réformes des quotes-parts et de la gouvernance du FMI qui ont été arrêtées en 2010 et la 15e révision générale des quotes-parts, y compris une nouvelle formule de calcul des quotes-parts. Nous réaffirmons qu’il importe que le FMI soit une institution reposant sur un système de quotes-parts. La mise en œuvre des réformes de 2010 reste notre priorité absolue, et nous engageons vivement les États-Unis à ratifier ces réformes dès que possible. Nous sommes déterminés à faire en sorte que le FMI reste une institution solide et disposant de ressources adéquates. Si les réformes de 2010 ne sont pas ratifiées d’ici la fin de l’année, nous demanderons au FMI de s’appuyer sur les travaux déjà réalisés et de se tenir prêt à présenter les options envisageables, et nous programmerons un examen de ces options.

Prochaine réunion du CMFI. Notre prochaine réunion se tiendra à Washington les 17 et 18 avril 2015.

Washington, États-Unis
Le 18 avril 2015

Communiqué de la trente-et-unième réunion du CMFI

Présidée par M. Augustìn Cartens, Gouverneur de la Banque du Mexique

Le Comité tient à exprimer toute sa gratitude au Vice-Premier Ministre Tharman qui a su présider le CMFI avec tant de clairvoyance pendant une période difficile. Il souhaite la bienvenue au Gouverneur Agustín Carstens comme nouveau Président.

Économie mondiale. La reprise de l’économie mondiale se poursuit, bien que la croissance reste modérée, avec des perspectives inégales. La croissance devrait s’affermir dans les pays avancés, grâce à un redressement solide dans certains pays et à une amélioration des perspectives dans d’autres. Dans les pays émergents, qui sont encore à l’origine de la majeure partie de la croissance mondiale, l’activité économique fléchit dans certains cas, du fait de la baisse des prix et des exportations des produits de base, et de facteurs propres aux pays concernés. Beaucoup de pays procèdent à un ajustement et à un assainissement. Dans les pays en développement à faible revenu, la croissance devrait ralentir, mais rester vigoureuse. La baisse des prix du pétrole a un effet positif net à l’échelle mondiale, même si son impact varie selon les pays. Des risques subsistent. Les fortes variations des taux de change et des prix des actifs, la persistance d’une inflation inférieure aux objectifs dans quelques pays, les craintes concernant la stabilité financière, le niveau élevé des dettes publiques et les tensions géopolitiques appellent à la vigilance. La possibilité d’un ralentissement de la croissance potentielle devient un enjeu plus important à moyen terme. Les déséquilibres mondiaux se sont réduits par rapport aux années précédentes, mais il reste nécessaire de continuer de rééquilibrer la demande.

Politiques à mener pour promouvoir une croissance vigoureuse, équilibrée et durable. Nous sommes déterminés à prendre des mesures supplémentaires pour rehausser la croissance effective et la croissance potentielle, et atteindre notre objectif d’une économie mondiale plus robuste, mieux équilibrée et créant plus d’emplois. À cette fin, nous devons renforcer la confiance et bien affermir la demande, en adoptant un dosage macroéconomique qui cherche à satisfaire le besoin urgent de promouvoir la croissance, tout en préservant la viabilité des finances publiques et la stabilité financière, ainsi qu’en accélérant la conception et l’exécution des réformes structurelles. Il est important d’exécuter des investissements publics et privés de manière productive et efficiente, en particulier dans les infrastructures, pour soutenir la reprise et rehausser la croissance potentielle.

Politique budgétaire. Nous continuerons de mettre en œuvre des politiques budgétaires souples, selon les besoins, de manière à soutenir la croissance et la création d’emplois, tout en plaçant le ratio de la dette au PIB sur une trajectoire viable. La formulation et la mise en œuvre de plans concrets d’assainissement des finances publiques à moyen terme restent cruciales dans beaucoup de pays avancés. Nous réfléchirons aux moyens d’améliorer la composition des dépenses et des recettes publiques afin d’en accroître l’impact sur la croissance et de renforcer les cadres budgétaires afin de réduire les risques. La baisse des prix du pétrole offre une occasion de réformer les subventions énergétiques inefficientes et les taxes énergétiques, le cas échéant, tout en renforçant les dispositifs ciblés de protection sociale.

Politique monétaire. Il convient de maintenir une politique monétaire accommodante si nécessaire, dans le respect des mandats des banques centrales. Nous sommes conscients des risques qui pèsent sur la stabilité financière. Dans beaucoup de pays avancés, il convient de continuer de s’attaquer au surendettement et d’assainir les bilans afin d’améliorer la transmission de la politique monétaire. Il est nécessaire de bien calibrer et de bien communiquer la normalisation de la politique monétaire pour atténuer les retombées négatives et les contrecoups dans le contexte des politiques monétaires asynchrones qui sont menées dans les principaux pays avancés. Dans les pays émergents, des amortisseurs adéquats peuvent contribuer à faire face à la volatilité des marchés financiers. La politique macroéconomique doit être bien conçue, et, à cet égard, il conviendrait de laisser les taux de change réagir à l’évolution des paramètres fondamentaux et faciliter l’ajustement extérieur. Face aux risques découlant de l’ampleur et de la volatilité des flux de capitaux, l’ajustement macroéconomique nécessaire pourrait être accompagné de mesures macroprudentielles et, le cas échéant, de mesures de gestion des flux de capitaux.

Politiques du secteur financier. Il reste prioritaire de préserver la stabilité financière en adoptant des mesures microprudentielles et macroprudentielles bien conçues pour limiter les excès, prévenir les crises financières et ainsi favoriser une croissance durable. Il demeure essentiel que les établissements financiers résolvent les problèmes hérités de la crise financière mondiale et, en collaboration avec les gestionnaires d’actifs, que ces établissements soient en mesure de résister aux risques de liquidité du marché. Il convient d’achever et de mettre en œuvre promptement et systématiquement les réformes de la réglementation financière à l’échelle mondiale, et de les approfondir le cas échéant. Nous souscrivons fermement au programme de travail du Conseil de stabilité financière et au rôle du FMI.

Réformes structurelles. Il est essentiel d’opérer des réformes structurelles pour accroître la confiance des entreprises, l’investissement et la création d’emplois, en particulier pour les jeunes, et réaliser une croissance viable et plus solidaire, principalement en rehaussant la productivité totale des facteurs, en donnant une plus grande place aux femmes dans l’économie et en améliorant l’éducation et la formation. Parmi les priorités figurent les réformes des marchés de produits et du travail, le développement des marchés financiers, l’amélioration de la qualité de la main-d’œuvre et de l’emploi, l’amélioration de la gouvernance, la lutte contre la corruption et la réduction des inégalités. Des réformes commerciales pourraient aussi compléter et renforcer les autres réformes.

Un nouveau multilatéralisme pour assurer l’avenir. Il convient de poursuivre les efforts déployés collectivement pour renforcer le système monétaire international et faciliter la poursuite de l’intégration des pays émergents dynamiques. Nous attendons avec intérêt les travaux du FMI sur les enjeux du système monétaire international et la revue prochaine du panier du DTS. La communauté internationale cherche à mettre en place un nouveau cadre mondial pour le développement durable jusqu’en 2030 et au-delà. Nous attendons avec intérêt que le FMI contribue activement à ce processus dans ses domaines de compétence, notamment en définissant des mesures qui permettront d’accroître la résilience macrofinancière, d’augmenter les recettes, de s’attaquer au déficit d’infrastructures, d’améliorer le renforcement des capacités et de promouvoir une croissance solidaire. Par ailleurs, nous demandons au FMI d’apporter son aide face aux divers problèmes rencontrés par les pays les plus pauvres, les pays fragiles et les pays touchés par un conflit, et nous attendons avec intérêt l’examen à venir des relations du FMI avec les pays fragiles et les pays touchés par un conflit. Le FMI devrait utiliser plus efficacement ses instruments de prêt existants et envisager des ajustements de sa politique de prêt, tout en préservant l’autonomie du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance. Nous demandons au FMI, en collaboration étroite avec la Banque mondiale, de contribuer activement au succès de la conférence sur le financement du développement à Addis-Abeba, du sommet de New York sur les objectifs de développement durable pour l’après-2015 et de la conférence COP21 à Paris.

Prêts du FMI, surveillance et renforcement des capacités. Nous demandons au FMI de rester prêt à fournir une aide financière, y compris à titre de précaution, pour permettre les ajustements et les réformes appropriés, et à aider les pays à se protéger contre les risques, ainsi que de faire en sorte que ses instruments de prêt répondent aux besoins. Nous saluons la poursuite des travaux du FMI dans les domaines qui correspondent à son mandat, à savoir assurer la stabilité financière internationale et la coopération monétaire, évaluer les effets de contagion internationaux et l’impact des politiques monétaires asynchrones, examiner le lien entre politique monétaire et stabilité financière, renforcer les cadres budgétaires, approfondir l’analyse macrofinancière et analyser les questions relatives à la taxation internationale. Nous nous félicitons des travaux récents du FMI sur les questions macroéconomiques dans les petits pays en développement et nous encourageons leur utilisation pour renforcer le dialogue avec ces pays membres. Nous attendons avec intérêt la mise en œuvre des recommandations de l’examen triennal de la surveillance, l’achèvement de l’examen de suivi des programmes en période de crise, les travaux sur les réformes structurelles essentielles sur le plan macroéconomique, la poursuite des travaux sur les questions relatives à la dette souveraine de manière à ce que le processus de restructuration de la dette se déroule de manière plus ordonnée et prévisible, ainsi que la mise en œuvre de la nouvelle politique en matière de plafonds d’endettement. Nous sommes conscients du rôle précieux que le FMI joue dans le renforcement des capacités de ses pays membres.

Fonds fiduciaire d’assistance et de riposte aux catastrophes. Nous notons avec grande satisfaction la création rapide par le FMI du fonds fiduciaire d’assistance et de riposte aux catastrophes (ARC), l’aide qui a été fournie aux pays touchés par l’épidémie de fièvre Ebola et les engagements généreux d’un certain nombre de pays au fonds fiduciaire, y compris sous la forme de transferts de contributions bilatérales du fonds fiduciaire IADM-II. Nous comptons sur des contributions supplémentaires qui permettront au fonds fiduciaire ARC de fournir une aide similaire à nos pays membres les plus pauvres et les plus vulnérables à l’avenir.

Gouvernance. Nous restons profondément déçus du retard persistant dans la mise en œuvre des réformes des quotes-parts et de la gouvernance du FMI qui ont été arrêtées en 2010. Nous reconnaissons l’importance de ces réformes pour assurer la crédibilité, la légitimité et l’efficacité du FMI, et nous affirmons de nouveau que leur application dans les meilleurs délais reste notre priorité absolue. Nous continuons d’engager vivement les États-Unis à ratifier ces réformes dès que possible. Étant donné les objectifs de ces réformes, nous appelons le Conseil d’administration du FMI à chercher une solution intérimaire qui permettra de faire converger sensiblement les quotes-parts, dès que possible et dans la mesure du possible, vers les niveaux convenus lors de la 14e révision. Nous utiliserons la 14e révision des quotes-parts comme base de travail pour la 15e révision, y compris une nouvelle formule de calcul. Nous affirmons de nouveau notre volonté de faire en sorte que le FMI reste une institution solide, disposant de ressources adéquates et fondée sur un système de quotes-parts.

Prochaine réunion du CMFI. Notre prochaine réunion se tiendra à Lima les 9 et 10 octobre 2015.

Annexe 11
Communiqués du Comité de développement des Conseils des gouverneurs de la Banque mondiale et du FMI, 2014-2015

Washington, États-Unis
Le 11 octobre 2014

Comité ministériel conjoint des Conseils des gouverneurs de la Banque et du Fonds sur le transfert de ressources réelles aux pays en développement

1. Le Comité du développement s’est réuni aujourd’hui, 11 octobre 2014, à Washington.

2. L’économie mondiale continue de faire l’objet d’une étroite surveillance et est exposée à des risques considérables de dégradation. Une prospérité partagée passe par une croissance économique solidaire, la création d’emplois et une action multilatérale soutenue visant à donner aux couches les plus pauvres et les plus vulnérables les moyens de se prendre en charge. Nous encourageons le Groupe de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) à travailler avec les pays membres à la mise en œuvre de politiques courageuses afin de stimuler la croissance et renforcer la résilience.

3. Nous nous réjouissons que le Rapport de suivi mondial de cette année évalue, pour la première fois, les progrès accomplis vers la réalisation des objectifs du Groupe de la Banque mondiale qui consistent à mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée de façon durable, tout en continuant à rendre compte de l’état d’avancement des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Le traitement, dans le Rapport, de la question des disparités entre les 40 % les plus pauvres et le reste de la population, y compris dans les pays à revenu élevé, a été pour nous un bon point de départ pour débattre de la prospérité partagée.

4. Nous nous félicitons du débat sur la promotion d’une prospérité partagée et le rôle du Groupe de la Banque mondiale en ce qui concerne l’appui à l’investissement dans le capital humain, l’amélioration de l’accès aux marchés, les réformes structurelles, l’inclusion financière, les infrastructures, l’amélioration des régimes fiscaux et des systèmes de transfert, notamment les filets de sécurité sociale, et la lutte contre le changement climatique. Nous insistons sur l’importance des politiques et des institutions pour promouvoir un cadre favorable au développement du secteur privé, qui est essentiel à l’investissement, la création d’emplois et la réalisation d’une croissance économique solidaire et soutenue. Nous invitons le Groupe de la Banque mondiale à aider les pays à privilégier et appliquer des politiques adaptées dans ces domaines, à en surveiller les résultats et les impacts, et à renforcer leurs capacités statistiques. Nous accueillons avec satisfaction l’engagement du FMI à offrir un appui dans ses domaines de compétence spécifiques, notamment la formulation de politiques fiscales et de réformes budgétaires.

5. L’inclusion sociale est au cœur de la prospérité partagée. Nous soulignons l’importance, pour le Groupe de la Banque mondiale, de continuer à porter une attention particulière à la problématique du genre et de l’égalité des sexes. Nous l’encourageons à prendre davantage en compte les questions de genre dans ses opérations et à se concentrer plus nettement sur la mise en œuvre et l’impact. Nous attendons avec intérêt la version actualisée de la Stratégie du Groupe de la Banque sur l’égalité des genres et le développement, ainsi que les mises à jour qui suivront.

6. Les pays admis à bénéficier de l’aide de l’IDA affichent une forte croissance depuis l’an 2000, et ont fait montre d’une résilience impressionnante durant la crise économique mondiale. Cependant, un cinquième desdits pays n’ont pas vu leur produit par habitant augmenter depuis lors et sont vulnérables à des chocs comme des catastrophes naturelles, des épidémies et des perturbations dans les secteurs économique et financier, qui peuvent rapidement enrayer les progrès accomplis. Nous demandons que le FMI et le Groupe de la Banque mondiale continuent de surveiller les facteurs de risque et de vulnérabilité économiques.

7. Nous félicitons le Groupe de la Banque mondiale pour son dynamisme et la rapidité de sa riposte face à l’épidémie d’Ebola. Nous accueillons avec satisfaction la mobilisation rapide de fonds d’urgence par le Groupe de la Banque et le FMI pour aider à traiter et contenir la maladie. Nous nous réjouissons de l’action concertée de la communauté internationale en Afrique de l’Ouest et soulignons l’importance de fournir un appui supplémentaire et coordonné sur le terrain à la feuille de la route de l’Organisation mondiale de la santé pour l’action contre Ebola. Au-delà de la tragédie humaine, les pertes économiques enregistrées dans les pays affectés sont désastreuses. Une action et une aide financière rapides et coordonnées sont indispensables pour circonscrire et atténuer l’impact économique direct et durable de cette crise et renforcer la capacité à combattre efficacement l’épidémie.

8. Nous appelons à des interventions et une aide ciblées en faveur des pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord et d’autres régions qui sont dans la tourmente et en transition. Nous soulignons combien il est important que le Groupe de la Banque mondiale et le FMI apportent à ces pays une aide à la hauteur des attentes. Nous encourageons les deux institutions à continuer à mettre l’accent sur les besoins immédiats et à aider à préparer le terrain pour renforcer leurs opérations lorsque la situation se sera davantage stabilisée et s’y prêtera.

9. Les pays en situation de fragilité et de conflit ont besoin d’une attention particulière et d’une aide adaptée à leurs défis spécifiques. Nous lançons un appel à un engagement plus ferme à obtenir un impact concret et mesurable, tout en cherchant à mieux comprendre les causes des conflits. Les petits États insulaires demeurent vulnérables à des chocs économiques et à des risques de catastrophes naturelles qui exigent une aide adaptée à leurs besoins particuliers. Nous encourageons le Groupe de la Banque mondiale à promouvoir et à soutenir davantage la multiplication des possibilités d’investissement privé dans ces pays.

10. Nous félicitons le Groupe de la Banque mondiale pour la prise en compte du changement climatique et de la gestion des risques de catastrophes dans les plans, les stratégies et les opérations de financement en faveur des pays. Nous l’invitons à continuer à travailler sur la question du changement climatique, dans le droit fil de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, et à contribuer au succès de la Conférence des Parties qui se tiendra à Lima (Pérou) en novembre prochain.

11. L’investissement dans les infrastructures, notamment dans le secteur de l’énergie, est indispensable pour soutenir la croissance économique et assurer une prospérité partagée. Nous encourageons le Groupe de la Banque mondiale à continuer à mener des opérations et à fournir des services-conseils dans le but d’améliorer les infrastructures. Les ressources mises à disposition au titre du Mécanisme mondial de financement des infrastructures sont les bienvenues pour lancer une plateforme qui facilitera la mobilisation de capitaux privés afin de financer des projets d’infrastructure. Nous souhaitons que ce Mécanisme se donne rapidement l’envergure et les ambitions voulues. Nous comptons sur le renforcement de la coopération pour constituer une réserve de projets commercialement viables et prêts à financer. Nous exhortons le Groupe de la Banque et le FMI à aider les pays à fournir une énergie efficace, fiable, abordable et durable, notamment dans le cadre de l’Initiative Énergie durable pour tous.

12. Nous félicitons le Groupe de la Banque mondiale pour avoir accru ses opérations de prêt, d’investissement, de mobilisation de ressources, dont les investissements du secteur privé, et ses services-conseils durant l’exercice écoulé, alors qu’il était engagé dans un processus fondamental de réforme interne. Nous attendons un changement profond dans le fonctionnement de l’institution, qui lui permettra d’offrir une aide plus efficace à ses pays clients, en faisant appel à des partenariats, à des approches intégrées régionales et au partage de connaissances, y compris à travers la coopération Sud-Sud, de façon à répondre aux besoins des clients et à réagir promptement face à des chocs imprévus. Nous surveillerons la mise en œuvre du processus de réforme interne et espérons voir une amélioration de la qualité des prêts accompagnée d’un impact accru au plan du développement. Nous nous réjouissons de l’engagement renouvelé du Groupe de la Banque en faveur de la diversité et l’inclusion, qui sont essentielles à la réalisation de ses objectifs institutionnels. Nous l’encourageons à progresser aussi rapidement que possible dans la réalisation des objectifs retenus en matière de diversité.

13. Le programme de développement des Nations Unies pour l’après-2015 offre la possibilité de construire un modèle de développement plus solidaire et plus durable. Nous exhortons le Groupe de la Banque mondiale et le FMI à soutenir les efforts déployés au plan international pour parvenir à un accord sur les objectifs de développement pour l’après-2015. Nous soulignons l’importance particulière de la Troisième conférence internationale sur le financement du développement qui se tiendra à Addis Abeba en juillet 2015. Nous espérons que la Dix-septième reconstitution des ressources de l’IDA sera déterminante dans l’accélération des progrès vers la réalisation des OMD, et le Groupe de la Banque mondiale, de façon générale, dans la mise en œuvre réussie du nouveau programme de développement.

14. Nous restons résolus à achever le processus d’ajustement de la répartition du capital du Groupe de la Banque mondiale engagé en 2010, et prions instamment tous les membres qui ne l’ont pas encore fait de souscrire les parts du capital de la BIRD et de l’IFC qui leur sont allouées. Nous maintenons notre ferme engagement à conclure le prochain examen de la répartition du capital en 2015.

15. La prochaine réunion du Comité du développement aura lieu à Washington le 18 avril 2015.

Washington, États-Unis
Le 18 avril 2015

Comité ministériel conjoint des Conseils des gouverneurs de la Banque et du Fonds sur le transfert de ressources réelles aux pays en développement

1. Le Comité du développement s’est réuni aujourd’hui, 18 avril, à Washington.

2. L’économie mondiale croît un peu plus rapidement qu’en 2014, mais les taux de croissance varient énormément d’un pays à l’autre. Nous continuons de faire preuve de vigilance à l’égard des risques liés à l’instabilité potentielle des marchés financiers, aux fluctuations des taux de change, du prix du pétrole et des cours d’autres produits de base, et au manque de dynamisme du commerce international. Tandis que certains pays à revenu intermédiaire connaissent un fléchissement de leur croissance, les pays à faible revenu continuent d’enregistrer, dans leur ensemble, des taux de croissance satisfaisants. Nous invitons le Groupe de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) à soutenir les efforts déployés par les pays pour stimuler une croissance solidaire et la création d’emplois et renforcer leur capacité d’adaptation aux chocs défavorables en vue de réduire la pauvreté et de promouvoir une prospérité partagée de façon durable tout en préservant les progrès si difficilement accomplis dans ces domaines.

3. Globalement, la faiblesse des prix du pétrole et des produits de base se traduira par un important rééquilibrage des revenus réels au détriment des pays exportateurs de pétrole et au profit des pays importateurs, ainsi que par un effet positif net sur la croissance des pays en développement. Cette situation complique la tâche des dirigeants des pays exportateurs de pétrole, mais crée aussi un environnement propice à la réforme des subventions et de la fiscalité en faveur d’une croissance plus solidaire et plus durable. Nous exhortons le FMI et le Groupe de la Banque mondiale à aider les pays durement touchés par la baisse des recettes d’exportation, des recettes fiscales ou des envois de fonds et à dispenser des conseils sur la tarification de l’énergie et l’utilisation des énergies propres.

4. Durant cette année cruciale, la communauté internationale définira sa vision et son programme en matière de développement pour les 15 prochaines années. Nous attendons avec intérêt la Troisième conférence sur le financement du développement qui se tiendra à Addis-Ababa en juillet, étape majeure du processus visant à définir le cadre de financement du programme de développement pour l’après-2015, y compris les Objectifs de développement durable (ODD). Nous félicitons le Groupe de la Banque mondiale, le FMI, la Banque africaine de développement, la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque européenne d’investissement et la Banque interaméricaine de développement de travailler en étroite collaboration sur ce dossier. Nous nous réjouissons aussi de la participation spéciale du Secrétaire général et d’autres hauts responsables des Nations Unies, et des dirigeants des banques multilatérales de développement à cette réunion du Comité du développement. Nous encourageons le Groupe de la Banque mondiale à veiller à la robustesse technique des objectifs et des cibles et à renforcer les capacités statistiques des pays pour favoriser le développement et assurer le suivi des progrès réalisés vers la réalisation des ODD et des objectifs du Groupe de la Banque mondiale.

5. Les objectifs du Groupe de la Banque mondiale consistant à mettre fin à l’extrême pauvreté et à promouvoir une prospérité partagée – dans le cadre plus large de la viabilité sociale, économique et environnementale – sont pleinement conformes aux ODD. La réalisation des ODD exige une vision porteuse de transformations qui s’inspire des enseignements tirés des OMD et combine toutes les sources de financement possibles, y compris grâce à un usage plus efficace et plus catalyseur de l’aide publique au développement, surtout au profit des populations les plus pauvres. D’autres mesures s’inscrivent dans cette démarche : le renforcement de la mobilisation des ressources nationales, la bonne gestion des finances publiques et la lutte contre les opérations financières illégales ; la promotion des financements et investissements privés ; la coordination de l’action consacrée aux questions d’intérêt mondial. Nous attendons du FMI et du Groupe de la Banque mondiale qu’ils continuent de travailler en collaboration avec les autorités nationales, les Nations Unies, les institutions multilatérales, les organismes bilatéraux, la société civile et le secteur privé, ainsi qu’avec les nouvelles institutions de développement, dans le cadre de leurs missions respectives.

6. Nous nous félicitons des efforts entrepris pour développer les marchés financiers nationaux, améliorer la réglementation et les cadres d’action des pouvoirs publics pour gérer les risques et stimuler les investissements provenant de sources de financement traditionnelles et non traditionnelles, institutionnelles, publiques et privées, ainsi que la recherche de solutions novatrices aux problèmes d’envergure mondiale. L’IFC et la MIGA ont un rôle propre et essentiel à jouer pour inciter le secteur privé à mettre en œuvre cet ambitieux programme.

7. Nous appelons instamment le Groupe de la Banque mondiale à accroître son soutien au développement et au financement d’infrastructures durables, à la mise en place d’un environnement favorable à la mobilisation des financements privés à long terme en faveur de projets rentables, et au renforcement des partenariats publics et privés, grâce par exemple au Mécanisme mondial de financement des infrastructures (GIF), récemment approuvé.

8. L’intervention rapide de l’IDA et de l’IFC durant la crise Ebola, en collaboration avec d’autres partenaires, a fortement contribué à endiguer et atténuer l’épidémie. Nous encourageons le Groupe de la Banque mondiale à continuer de soutenir les pays touchés durant la phase de redressement. À plus long terme, nous invitons le Groupe de la Banque mondiale à étudier, avec d’autres acteurs internationaux, les possibilités offertes par un mécanisme de financement de la riposte aux pandémies visant à mobiliser et à démultiplier l’impact des ressources publiques et privées (y compris les mécanismes d’assurance) pour mettre des fonds rapidement à la disposition des pays touchés par une épidémie en s’appuyant sur de solides plans de préparation à ce type de situation. Nous félicitons le FMI d’avoir apporté son soutien aux pays frappés par l’épidémie d’Ebola et d’avoir créé le Fonds fiduciaire d’assistance et de riposte aux catastrophes. Nous nous réjouissons de la démarche du Mécanisme de financement mondial à l’appui de l’initiative « Toutes les femmes, tous les enfants » dont le lancement aura lieu à Addis-Ababa. Nous notons aussi combien il est important de lutter contre la faim et la malnutrition.

9. Le renforcement et l’accélération de l’action en faveur de l’égalité hommes-femmes sont au cœur d’une vision globale du développement durable. Nous nous réjouissons à la perspective de la refonte, cette année, de la stratégie en matière de genre et d’égalité des sexes et de son application dans le contexte d’une approche commune à toutes les entités du Groupe de la Banque mondiale.

10. La réalisation des ODD exigera aussi que les pays relèvent les défis posés par le changement climatique et les catastrophes naturelles et parviennent à faire face aux conséquences de ces phénomènes. Nous félicitons le Groupe de la Banque mondiale pour sa détermination à prendre systématiquement en compte la problématique du développement à faible intensité de carbone ainsi que la gestion des risques de catastrophes tout en continuant de se concentrer sur sa mission consistant à mettre fin à la pauvreté. Nous l’encourageons à redoubler d’efforts et accroître ses financements pour contribuer au succès de la vingt-et-unième Conférence des parties de la CCNUCC qui se tiendra à Paris. Nous prenons note des travaux réalisés par le FMI et le Groupe de la Banque mondiale pour trouver des solutions appropriées, fondées sur les mécanismes du marché, et concevoir des réformes judicieuses en matière de politique énergétique.

11. Nous encourageons le Groupe de la Banque mondiale à poursuivre la mise en œuvre de sa nouvelle stratégie et à achever les réformes connexes, y compris l’Examen des dépenses, afin de mettre efficacement son savoir et ses ressources financières à la disposition de ses clients. Nous nous réjouissons aussi des consultations en cours sur le projet de Cadre environnemental et social de la Banque mondiale et le nouveau Cadre de passation des marchés. Nous soulignons combien il importe de mettre en œuvre les nouveaux cadres de manière concrète, avec des moyens suffisants, tout en renforçant les capacités des pays et en protégeant tant les populations que l’environnement.

12. Nous demandons au Groupe de la Banque mondiale de continuer à contrôler attentivement la qualité de son portefeuille, à renforcer la collaboration dans l’ensemble de l’institution en privilégiant l’obtention de résultats au plan du développement, à promouvoir la coopération Sud–Sud, à apporter une aide efficace dans les situations de fragilité et aux petits États, et à soutenir la coopération régionale. Nous soulignons combien il est important que le FMI et le Groupe de la Banque mondiale fournissent, dans la mesure du possible, un important soutien aux pays en crise du Moyen-Orient, d’Afrique du Nord et d’autres régions. Nous invitons aussi instamment le Groupe de la Banque mondiale à renforcer son action dans les pays à revenu intermédiaire pour les aider à mettre fin à l’extrême pauvreté et promouvoir une prospérité partagée de façon durable. Nous attendons avec intérêt l’examen de diverses options visant à accroître la capacité de financement de l’IDA tout en axant l’effort sur les pays les plus pauvres.

13. Nous prenons note des progrès réalisés à ce jour par le Conseil dans le cadre de l’Examen de la répartition du capital en 2015. Nous attachons une grande importance à ces examens réguliers[1]40. conformément aux principes convenus. Nous attendons du Conseil qu’il poursuive ses travaux sur l’Examen de 2015 et s’engage à les terminer d’ici aux Assemblées annuelles d’octobre prochain.

14. La prochaine réunion du Comité du développement aura lieu à Lima (Pérou) le 10 octobre 2015.

Annexe 12
Sigles et autres abréviations

AFRITAC
Centre régional d’assistance technique en Afrique
AGE
Accords généraux d’emprunt
AMC
Affaires mondiales Canada
AMGI
Agence multilatérale de garantie des investissements
ASC
Augmentation sélective du capital
BIE
Bureau indépendant d’évaluation
BIRD
Banque internationale pour la reconstruction et le développement
BMD
Banque multilatérale de développement
BNU
Banque nationale de l’Ukraine
CAO
Conseiller-médiateur pour l’application des directives
CAPTAC-DR
Centre régional d’assistance technique pour l’Amérique centrale, le Panama et la République dominicaine
CARICOM
Communauté des Caraïbes
CIRDI
Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements
CMFI
Comité monétaire et financier international
CRAT
Centre régional d’assistance technique
CRG
Compte des ressources générales
DMSF
Dispositif mondial de sécurité financière
DSI
Décision sur la surveillance intégrée
DTS
Droits de tirage spéciaux
EBE
Évaluation de la balance extérieure
ETS
Examen triennal de la surveillance
FCC
Facilité de crédit de confirmation
FCR
Facilité de crédit rapide
FEC
Facilité élargie de crédit
RPC
Fonds fiduciaire d’assistance et de riposte aux catastrophes
FFRPC
Fonds de fiducie pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance
FMI
Fonds monétaire international
GBM
Groupe de la Banque mondiale
GEC
Gestion économique dans les Caraïbes
GEI
Groupe d’évaluation indépendante
G$CAN
Milliard de dollars canadiens
G$US
Milliard de dollars américains
G-8
Groupe des Huit
G-20
Groupe des Vingt
IADM
Initiative d’allègement de la dette multilatérale
IDA
Association internationale de développement
IDA-17
17e reconstitution des ressources de l’IDA
IDA-18
18e reconstitution des ressources de l’IDA
IFD
Institution financière de développement
IFR
Instrument de financement rapide
INT
Service de déontologie institutionnelle
LCM
Ligne de crédit modulable
LPL
Ligne de précaution et de liquidité
MEC
Mécanisme élargi de crédit
MES
Mécanisme européen de stabilité
MMFI
Mécanisme mondial de financement des infrastructures
M$
Million de dollars
M$US
Million de dollars américains
NAE
Nouveaux Accords d’emprunt
ODD
Objectifs de développement durable
OMD
Objectif du Millénaire pour le développement
PEIC
Programme d’entrepreneuriat pour l’innovation dans les Caraïbes
PESF
Programme d’évaluation du secteur financier
PIB
Produit intérieur brut
PME
Partenariat mondial pour l’éducation
SFI
Société financière internationale

1 En 2010, les Gouverneurs ont convenu de procéder, tous les cinq ans à compter de 2015, à des examens périodiques de la répartition du capital de la BIRD et de la SFI et ont apporté les précisions suivantes : « Lors de chaque examen, le Conseil des Gouverneurs mesurera le poids de chaque membre dans l’économie mondiale, passera en revue les contributions à la mission de développement du Groupe de la Banque mondiale et évaluera les progrès accomplis dans le sens d’une répartition équitable des droits de vote entre pays membres développés et pays membres en développement. Ces examens auront lieu à intervalles réguliers, mais la répartition du capital ne sera pas nécessairement modifiée à chaque examen : elle le sera uniquement lorsque les actionnaires, par l’intermédiaire du Conseil des Gouverneurs, décideront, sur la base des résultats de l’examen, qu’un ajustement s’impose. (DC2010-0006, 19 avril 2010) »

Table des matières Précédent