Ministère des Finances Canada consultations prébudgétaires de 2017 rapport sommaire

Version PDF - [1,4 Mo]

Pour consulter un fichier PDF (format de document portable), votre ordinateur doit avoir un lecteur PDF. Si vous n'en avez pas déjà un, il existe de nombreux lecteurs PDF que vous pouvez télécharger gratuitement ou acheter dans Internet.

Table des matières

Contexte et objectifs

Contexte

Le gouvernement du Canada comprend que les bonnes décisions doivent être prises aujourd’hui pour faire en sorte que le Canada soit bien positionné dans l’économie mondiale de demain et préparer un avenir plus prometteur et plus prospère pour les membres de la classe moyenne et ceux qui travaillent pour en faire partie.

Dans cette optique, le gouvernement a amorcé en septembre 2016 des consultations prébudgétaires dont l’objectif était de solliciter les points de vue des Canadiennes et des Canadiens sur les meilleurs moyens de soutenir une classe moyenne forte et confiante. Les consultations comprenaient des interactions en personne de même que des commentaires par écrit et en ligne.

Le présent rapport résume les principaux résultats des commentaires reçus en ligne. La plateforme en ligne a été lancée le 26 septembre 2016 et fermée le 19 décembre 2016.

Les consultations prébudgétaires que le gouvernement a tenues au cours des trois derniers mois ont permis de peaufiner les mesures en prévision du budget de 2017 afin qu’elles tiennent compte des points de vue des Canadiens et de leurs espoirs quant à l’avenir.

Objectifs

Les consultations avaient pour principal objectif de mobiliser avec ouverture et transparence le plus grand nombre possible de Canadiens, de même que les intervenants du ministère des Finances du Canada, afin que leurs points de vue soient étudiés et orientent l’économie et la croissance à long terme du Canada.

Le présent rapport sommaire vise à mettre en lumière les principales suggestions, problématiques ou recommandations dont les Canadiens ont fait part dans leurs commentaires en ligne en vue d’améliorer l’économie canadienne.

Ces renseignements, ainsi que les points de vue obtenus par d’autres moyens, permettront de tenir compte des idées qui ont été soumises dans le cadre du processus d’élaboration budgétaire.

Méthodologie

Plateforme en ligne : Le ministère des Finances du Canada a hébergé un site Web de consultation en ligne géré par Publivate pour recueillir les points de vue du grand public en leur soumettant des défis et des questions. Les Canadiens ont aussi eu la possibilité de participer à un forum d’idées et de suggérer des améliorations.

Autres méthodes : Les Canadiens ont également fait connaître leurs points de vue par courriel et dans les médias sociaux.

Approche en matière de collecte de données

La plateforme en ligne a permis aux Canadiens de soumettre leurs commentaires par l’intermédiaire de deux grandes méthodes de collecte de données : 1) des cahiers de consultation électroniques : des questions fermées qui permettent de quantifier les résultats; et 2) un forum d’idées : une approche ouverte qui a permis aux participants d’expliquer leurs idées et de discuter des améliorations suggérées

Les méthodes mentionnées ci-dessus ont survolé quatre grands thèmes : 1) investir dans les projets d’infrastructure; 2) améliorer la capacité des Canadiens d’innover; 3) se préparer pour les emplois de demain; et 4) créer de nouvelles occasions en matière de commerce et d’investissement à l’échelle mondiale.

Dates de la collecte de données

La plateforme de consultation a été mise en ligne le 26 septembre 2016 et est demeurée accessible au grand public jusqu’au 19 décembre 2016 à 23 h 59 HNP.

Aperçu de la participation

Cahiers de consultation électroniques (sondages en ligne)

Globalement, en incluant les sondages partiellement complétés sur les quatre thèmes, un total de 32826cahiers de consultation électroniques ont été reçus, et le décompte est le suivant :

Cahiers de consultation électroniques (sondages en ligne)
Thème Cahiers de consultation électroniques complétés en entier Cahiers de consultation électroniques partiellement complétés Total
Investir dans les projets d’infrastructure 8 376 457 8 833
Améliorer la capacité des Canadiens d’innover 6 886 1 382 8 268
Se préparer pour les emplois de demain 8 048 694 8 742
Créer de nouvelles occasions d’affaires et d’investissement à l’échelle mondiale 6 755 228 6 983
Total 30 065 2 761 32 826

Idées et améliorations

En tout, 252 idées ont été soumises dans le cadre du forum d'idées. Le décompte par thème est présenté ci-dessous.

Idées et améliorations
Thème Idées soumises
Investir dans les projets d’infrastructure 86
Améliorer la capacité des Canadiens d’innover 55
Se préparer pour les emplois de demain 76
Créer de nouvelles occasions d’affaires et d’investissement à l’échelle mondiale. 35
Total 252

Les participants pouvaient formuler des commentaires au sujet des idées mises de l'avant et suggérer des améliorations. En tout, ils ont proposé 591 améliorations.

Interactions avec les médias sociaux et commentaires soumis par courriel

Les interactions avec les médias sociaux sont résumées ci-dessous.

Activité dans les médias sociaux
  Portée
Événements en direct sur Facebook 54 011
Événements en direct sur Google 1 415
Événements en direct sur YouTube et Facebook 162
Publications sur LinkedIn 4 830
Publicité payée sur Facebook 869 933
Total 930 351

En outre, 59 783 visiteurs uniques en ligne ont été comptabilisés au total.

656 commentaires par courriel ont été reçus au total. La plupart des idées ou des suggestions étaient présentées dans le corps du courriel, alors que certains courriels contenaient des fichiers joints.

Sommaire des résultats : investir dans le transport en commun, le logement, l'environnement et d'autres projets d'infrastructure

Préférence pour les perspectives à plus long terme lorsqu'il est question d'assurer la croissance et la transformation de l'économie

Dans l’ensemble, 72 % des participants préféreraient que le gouvernement mette l’accent au-delà des 12 prochains mois lorsqu’il est question d’assurer la croissance de l’économie et de transformer celle-ci afin qu’elle soit à l’œuvre pour la classe moyenne.

Accent sur les perspectives à court terme ou à long terme

Accent sur les perspectives à court terme ou à long terme
  %
Mettre l'accent sur les activités quotidiennes 8%
Mettre l'accent sur les 6 prochains mois 6%
Mettre l'accent sur les 12 prochains mois 14%
Mettre l'accent sur les prochaines années 24%
Mettre l'accent sur les perspectives à plus long terme 48%
Question : À votre avis, le gouvernement du Canada devrait-il mettre l’accent sur les perspectives à court terme ou à long terme lorsqu’il est question d’assurer la croissance de l’économie et de transformer celle-ci afin qu’elle soit à l’œuvre pour la classe moyenne?
Échantillon : Tous les répondants (n=8 833)

L'importance de réaliser des investissements en vue de renforcer la classe moyenne est reconnue

Un peu plus des deux tiers des participants indiquent qu’il est très important que le gouvernement réalise des investissements dans l’économie en vue de renforcer la classe moyenne; et un autre 19 % des participants est d’avis que c’est plutôt important.

Importance de réaliser des investissements en vue de renforcer la classe moyenne

Importance de réaliser des investissements en vue de renforcer la classe moyenne
  %
Très important 67%
ôt important 19%
Pas important 14%
Question : À quel point est-il important que le gouvernement du Canada réalise des investissements dans l’économie en vue de renforcer la classe moyenne et de créer de meilleures possibilités pour nos enfants et nos petits-enfants?
Échantillon : Tous les répondants (n=8 735)

Une nette majorité de participants sont d'avis que les partenariats locaux sont d'une importance capitale

Près de 8 participants sur 10 croient qu’il est très important que le gouvernement fédéral collabore avec les provinces, les collectivités et d’autres partenaires locaux pour qu’il s’assure d’obtenir le maximum de chaque dollar investi et pour que les besoins locaux soient satisfaits. Globalement, 91 % des participants considèrent que c’est à tout le moins plutôt important.

Importance des partenariats locaux

Importance des partenariats locaux
  %
Très important 78%
ôt important 13%
Pas important 9%
Question : Le gouvernement investira plus de 120 milliards de dollars dans le transport en commun, le logement, l’environnement et d’autres projets d’infrastructure au cours de la prochaine décennie. Ces investissements permettront de créer des emplois dès maintenant, d’assurer la croissance durable de l’économie et de rendre nos collectivités plus dynamiques.
Selon vous, à quel point est-il important que le gouvernement fédéral collabore avec les provinces, les collectivités et d’autres partenaires pour qu’il s’assure d’obtenir le maximum de chaque dollar investi et pour que les besoins locaux soient satisfaits?
Échantillon : Tous les répondants (n=8 376)

Les routes et les ponts sont perçus comme étant la grande priorité pour les investissements en infrastructure

Un peu moins de la moitié des participants désigne les routes et les ponts comme étant le secteur lié à l’infrastructure dans lequel le gouvernement devrait donner priorité à ses investissements; globalement, les trois quarts des participants sélectionnent ce secteur parmi leurs trois priorités. Les autres priorités dignes de mention sont les services publics, le transport en commun et le logement abordable.

Secteurs liés à l'infrastructure : plus grandes priorités

Secteurs liés à l'infrastructure : plus grandes priorités
  Premier rang Trois premiers rangs
Routes et ponts 44% 76%
Logement abordable 16% 38%
Services publics 11% 66%
Infrastructure « verte » ou environnementale 8% 19%
Transport en commun 7% 58%
Collectivités des Premières Nations 5% 19%
Atténuation des catastrophes 2% 13%
Autres (veuillez préciser) 8% 11%
Question : En gardant à l’esprit qu’une grande partie de l’infrastructure publique est détenue par les provinces et les municipalités, dans quels secteurs liés à l’infrastructure le gouvernement du Canada devrait-il donner priorité à ses investissements? Faites glisser pour classer les éléments, le plus prioritaire figurant en haut.
Échantillon : Tous les répondants (n=8 268)

Aperçu des idées et des commentaires soumis au sujet des investissements dans l'infrastructure

En tout, 86 idées ont été soumises dans la catégorie « Investir dans le transport en commun, le logement, l’environnement et d’autres projets d’infrastructure ». Les idées émises et les améliorations suggérées concernent surtout le transport en commun, l’environnement, l’infrastructure verte, l’innovation et le développement.

En guise de contexte, des extraits de descriptions d’idées sont présentés ci-dessous. Ces idées ont été choisies pour le présent rapport en raison du niveau de mobilisation (commentaires et points de vue) qu’elles ont généré et de leur pertinence par rapport au thème.

Arrivée du train à grande vitesse au Canada : « L’idée est simple : on investit dans les trains de passagers à grande vitesse dans les corridors les plus densément peuplés du pays (Québec-Windsor, Calgary-Edmonton, Vancouver-Seattle) et on se dote d’un plan à long terme (25 ans) pour le développement d’un réseau rapide (mais moins rapide que le TGV) vers les villes secondaires (Edmonton-Saskatoon-Winnipeg; Calgary-Regina-Winnipeg; Saskatoon-Regina; Vancouver-Squamish-Whistler; Montréal-St-Hyacinthe-Drummondville-Sherbrooke, etc.). »

Augmenter les options en matière de logement abordable/Favoriser l’accès au logement : « Les gens qui bénéficient de mesures de soutien du revenu ou de soutien aux personnes handicapées doivent avoir accès à un logement abordable et sûr. Dans la plupart des cas, les personnes qui bénéficient de mesures de soutien du revenu consacrent plus de la moitié de leur revenu au loyer. En raison de la pénurie de logements subventionnés par le gouvernement fédéral ou les gouvernements provinciaux, les personnes qui habitent dans des “maisons de chambres” se retrouvent souvent dans cette situation et doivent payer un loyer à un propriétaire privé. Cela pose quelques problèmes, il n’y a pas toujours de cuisine ou de salle de bains dans la chambre, ni même de buanderie dans l’immeuble. Les services publics ne sont pas compris. Le coût de la nourriture fait en sorte qu’il est impossible pour ceux qui vivent dans la pauvreté ou les gens à faible revenu de s’éloigner du cœur du centre-ville, là où se trouvent les ressources comme les soupes populaires pour les sans-abri, les refuges qui servent de dispensaires pour les banques alimentaires et les centres qui ont pour mission d’aider les moins nantis à avoir accès à des ressources. »

Sommaire des résultats : Renforcer la capacité des Canadiens de créer des idées, des produits et des services nouveaux, et de les promouvoir partout dans le monde

Confiance mitigée quant au positionnement des entreprises canadiennes pour qu'elles soient concurrentielles à l'échelle internationale

Bien que la majorité des participants indiquent avoir à tout le moins plutôt confiance que les entreprises canadiennes sont bien placées pour être concurrentielles à l’échelle internationale, à peine 15 % d’entre eux se disent très confiants, alors que plus du double (37 %) se disent pas du tout confiants.

Confiance que les entreprises canadiennes sont bien placées pour être concurrentielles à l'échelle internationale

Confiance que les entreprises canadiennes sont bien placées pour être concurrentielles à l'échelle internationale
  %
Très confiant 15%
ôt confiant 48%
Pas du tout confiant 37%
Question : En règle générale, dans quelle mesure avez-vous confiance que les entreprises canadiennes sont bien placées pour être concurrentielles à l’échelle internationale?
Échantillon : Tous les répondants (n=7 555)

La majorité des répondants estiment que «Transformer la recherche en produits et en services offerts sur le marché» et «le coût lié à l'investissement dans l'innovation» sont les plus grands obstacles à l'innovation

Bien que le manque de talents et de compétences soit le plus grand obstacle à surmonter en ce qui concerne l’innovation des entreprises, si l’on examine les obstacles qui occupent les trois premiers rangs, on s’aperçoit que d’autres le devancent.

Plus grands obstacles à l'innovation

Plus grands obstacles à l'innovation
  Premier rang Trois premiers rangs
Le manque de talents et de compétences 24% 47%
Le coût lié à l’investissement dans l’innovation 20% 61%
Les défis à relever pour transformer la recherche en produits et en services offerts sur le marché 17% 77%
Le manque d’accès au financement 15% 45%
L’incertitude quant aux technologies dans lesquelles investir 6% 48%
Autres (veuillez préciser) 19% 22%
Question : À votre avis, quels sont les plus grands obstacles à l’innovation des entreprises au Canada? Faites glisser pour classer les éléments, l’obstacle le plus grand figurant en haut.
Échantillon : Tous les répondants (n=7 273)

Appuyer la recherche de manière générale est perçu comme le moyen le plus viable d'élaborer des idées et de les mettre en marché

Renforcer l’appui à la recherche et au développement dans les établissements d’enseignement postsecondaire est assurément la mesure la plus populaire auprès des participants pour aider les Canadiens à élaborer leurs idées et à les mettre en marché. La promotion de partenariats entre les gouvernements, les instituts de recherche et les entreprises arrive au deuxième rang.

Mesures à prendre pour aider les Canadiens à élaborer leurs idées et à les mettre en marché

Mesures à prendre pour aider les Canadiens à élaborer leurs idées et à les mettre en marché
  Premier rang Trois premiers rangs
Renforcer l’appui à la recherche et au développement dans les universités et les collèges 43% 79%
Promouvoir les partenariats entre les gouvernements, les instituts de recherche et les entreprises afin que les connaissances et les découvertes générées en laboratoire se rendent jusqu’au marché 14% 72%
Améliorer l’accès au financement des entreprises 13% 39%
Offrir des services efficients aux entreprises qui présentent un potentiel de croissance, y compris des conseils sur l’accès à d’éventuels nouveaux marchés 8% 31%
Aider les entreprises à obtenir les talents dont elles ont besoin pour trouver des idées et assurer la croissance de leurs activités 4% 21%
Établir des ententes de recherche et de développement entre les pays 3% 42%
Autres (veuillez préciser) 14% 16%
Question : Quelles mesures aimeriez-vous que le gouvernement du Canada prenne pour aider les Canadiens à élaborer leurs idées et à les mettre en marché? Faites glisser pour classer les éléments, la mesure la plus importante figurant en haut.
Échantillon : Tous les répondants (n=6 886)

Aperçu des idées et des commentaires soumis au sujet de l'innovation

En tout, 55 idées ont été soumises dans la catégorie « Renforcer la capacité des Canadiens de créer des idées, des produits et des services nouveaux, et de les promouvoir partout dans le monde ». Les idées émises et les améliorations suggérées touchent surtout l’innovation, les entreprises, les emplois, la croissance et l’éducation des enfants.

En guise de contexte, des extraits de descriptions d’idées sont présentés ci-dessous. Ces idées ont été choisies pour le présent rapport en raison du niveau de mobilisation (commentaires et points de vue) qu’elles ont généré et de leur pertinence par rapport au thème.

Augmenter l’innovation dans les PME en différenciant les politiques en science et les politiques en innovation : « Depuis plusieurs décennies, le Canada est principalement axé sur l’apport d’idées pour générer l’innovation au lieu de favoriser une économie de l’innovation qui réponde à la demande d’idées, la demande de solutions et la demande des consommateurs ou du marché pour de nouveaux produits et services. Bien que le financement important consenti pour l’excellence en science ait à juste titre produit des résultats reconnus partout dans le monde, cette innovation ne s’est pas traduite par des résultats qui augmentent la productivité nationale. En ce qui concerne le continuum science-innovation, il est temps que le gouvernement cible ses interventions et son financement sur les initiatives qui propulsent l’innovation, comme la recherche appliquée et la commercialisation de la recherche. Le rendement du Canada en matière d’innovation n’est pas optimal en raison du manque de politiques et de programmes soutenant fermement la recherche appliquée et la demande de l’industrie dans le domaine de l’innovation. »

La créativité, l’éducation et les petites entreprises : « De nombreux nouveaux diplômés peinent à se trouver du travail parce que les emplois dans leur domaine sont rares. Les propriétaires de petites entreprises ont parfois du mal à trouver le bon candidat qui possède les compétences précises qu’ils recherchent, mais plus important encore, les coûts associés à l’exploitation d’une entreprise sont souvent synonymes de pressions financières. Les propriétaires doivent répondre aux besoins de base de leur entreprise, notamment en ce qui concerne l’assurance responsabilité, l’assurance responsabilité professionnelle, le coût des services publics nécessaires à ses activités et le coût des développements technologiques afin de fournir aux employés et à leur entreprise un environnement leur permettant de se maintenir à flot, voire de prospérer. Il est important pour la petite entreprise de recruter le bon candidat et de faire preuve de créativité en partageant des idées au sujet de la productivité, des produits, des services, de la rentabilité et de la dimension locale. » 

Sommaire des résultats : Se préparer pour les emplois de demain

Le manque de possibilités d'emploi est perçu comme le plus grand obstacle à l'obtention d'un emploi

Compte tenu du nombre limité d'options, les résultats pour les 3 premiers rangs ne sont pas indiqués

Obstacles à l'obtention d'un emploi

Obstacles à l'obtention d'un emploi
  Premier rang
Trop peu de possibilités d’emploi 45%
Difficulté de trouver un équilibre entre les obligations personnelles et professionnelles 30%
Possibilités d’apprentissage inadéquates 8%
Autres (veuillez préciser) 17%
Question : Dans votre collectivité, quels sont d’après vous les obstacles à l’obtention d’un emploi? Faites glisser pour classer les éléments, l’obstacle le plus grand figurant en haut.
Échantillon : Tous les répondants (n=8 742)

Préférence ACCORDÉE AUX investissements du gouvernement fédéral pour le développement de compétences CIBLÉES

Soutenir les possibilités d’apprentissage, les placements coopératifs et les stages est de loin perçu comme le premier domaine dans lequel le gouvernement doit mettre l’accent pour aider les Canadiens à obtenir un bon emploi.

Domaines où le gouvernement fédéral doit investir davantage pour aider les Canadiens à obtenir un bon emploi

Domaines où le gouvernement fédéral doit investir davantage pour aider les Canadiens à obtenir un bon emploi
  Premier rang Trois premiers rangs
Soutenir les possibilités d’apprentissage, les placements coopératifs et les stages 47% 91%
Soutenir une éducation et une formation qui correspondent aux besoins du marché du travail de demain 15% 90%
Investir dans les collectivités dans des domaines comme le transport en commun, le logement, l’environnement et d’autres projets d’infrastructure 13% 33%
Investir dans l’éducation postsecondaire 12% 70%
Autres (veuillez préciser) 14% 16%
Question : Dans quels domaines faut-il que le gouvernement fédéral investisse davantage pour aider les Canadiens à obtenir un bon emploi? Faites glisser pour classer les éléments, le plus prioritaire figurant en haut.
Échantillon : Tous les répondants (n=8 209)

Les opinions sont divisées quant à la mesure la plus efficace pour obtenir un emploi : créer un fonds centré sur l'apprentissage axé sur les compétences ou investir dans les gens et dans l'économie

Compte tenu du nombre limité d'options, les résultats pour les 3 premiers rangs ne sont pas indiqués

Mesures plus susceptibles d'aider les Canadiens à obtenir un bon emploi

Mesures plus susceptibles d'aider les Canadiens à obtenir un bon emploi
  Premier rang
Créer un fonds centré sur l’apprentissage axé sur les compétences 40%
Investir dans les gens et dans l’économie 38%
Faire en sorte qu’il soit plus facile d’attirer les talents de l’étranger au Canada 3%
Autres (veuillez préciser) 19%
Question : Parmi les mesures suivantes, quelles sont celles qui, d’après vous, seront les plus susceptibles d’aider les Canadiens à obtenir un bon emploi? Faites glisser pour classer les éléments, le plus prioritaire figurant en haut.
Échantillon : Tous les répondants (n=8 048)

Aperçu des idées et des commentaires soumis au sujet de la préparation pour les emplois de demain

En tout, 76 idées ont été soumises dans la catégorie « Se préparer pour les emplois de demain ». Les idées émises et les améliorations suggérées concernent surtout les emplois et la main-d’œuvre en général, l’éducation, les affaires, le développement et la croissance.

En guise de contexte, des extraits de descriptions d’idées sont présentés ci-dessous. Ces idées ont été choisies pour le présent rapport en raison du niveau de mobilisation (commentaires et points de vue) qu’elles ont généré et de leur pertinence par rapport au thème.

Exploiter nos ressources naturelles : « Il faut que le gouvernement aide les entreprises à exploiter les ressources naturelles que le pays a à offrir afin de réduire notre dépendance aux importations. Pensons au pétrole et au gaz naturel, au bois d’œuvre, à l’énergie hydroélectrique, à l’agriculture et à l’élevage ainsi qu’aux minerais et aux métaux. Ces industries de base stimuleront d’autres secteurs et l’ensemble des Canadiens en profitera. Ceci créera des emplois et le Canada fera figure de chef de file mondial pour ce qui est de démontrer comment diriger un pays comme si c’était une entreprise rentable et autonome. »

Une stratégie nationale inclusive axée sur les compétences : « À l’heure actuelle, le nombre de Canadiens qui font des études postsecondaires atteint des niveaux records. Les perspectives d’emploi ne sont pas bonnes pour autant – le taux de chômage est de 7 % à l’échelle nationale, alors que ce pourcentage est presque deux fois plus élevé chez les jeunes. Ce n’est pas par manque de talents que nous avons des emplois inoccupés et des personnes sans emploi (de qualité); c’est plutôt en raison de notre façon de développer les talents et des outils que nous mettons à la disposition des gens.

Le Canada ne dispose pas de données granulaires, comparables, à jour et de grande qualité au sujet du marché du travail pour indiquer aux étudiants, aux autres apprenants, aux employés, aux parents et aux conseillers en orientation à quels domaines d’études ou à quelles compétences ils devraient s’intéresser. Résultat : un trop grand nombre d’étudiants possèdent une formation générale qui coûte très cher et des gens qui occupent des emplois (souvent bien en deçà de leurs qualifications) qui ne correspondent pas aux compétences qu’ils ont acquises pendant leurs études . »

Sommaire des résultats : Créer de nouvelles occasions en matière de commerce et d'investissement à l'échelle mondiale

Les participants ont des opinions Partagées quant à la façon d'aider les entreprises canadiennes à connaître du succès sur la scène mondiale

Aucune préférence nette ne se dégage, que ce soit de s’ouvrir au monde en ce qui concerne la coopération internationale, d’aider les Canadiens à se préparer pour les emplois de l’avenir ou de promouvoir les sociétés canadiennes à l’étranger.

Compte tenu du nombre limité d'options, les résultats pour les 3 premiers rangs ne sont pas indiqués

Comment aider les entreprises canadiennes à connaître du succès sur la scène mondiale

Comment aider les entreprises canadiennes à connaître du succès sur la scène mondiale
  Premier rang
S’ouvrir au monde en ce qui concerne la coopération internationale, le commerce, l’investissement et l’accès à de nouveaux marchés 33%
Aider les Canadiens à se préparer pour les emplois de l’avenir 28%
Promouvoir les sociétés canadiennes à l’étranger 22%
Autres (veuillez préciser) 17%
Question : Comment le gouvernement du Canada peut-il aider les entreprises canadiennes à connaître du succès sur la scène mondiale? Faites glisser pour classer les éléments, le plus prioritaire figurant en haut.
Échantillon : Tous les répondants (n=6 983)

Encourager une plus grande concurrence sur le marché est perçu comme le meilleur moyen pour le gouvernement d'aider les consommateurs

Un pourcentage appréciable de participants préférerait combler l’écart entre les prix de biens et de services au Canada et à l’étranger. Subventionner certains secteurs est manifestement l’option la moins populaire.

Compte tenu du nombre limité d’options, les résultats pour les 3 premiers rangs ne sont pas indiqués

Comment aider les consommateurs

Comment aider les consommateurs
  Premier rang
Encourager une plus grande concurrence sur le marché 42%
Combler l’écart entre les prix de biens et de services au Canada et à l’étranger 33%
Subventionner certains secteurs 6%
Autres (veuillez préciser) 19%
Question : Comment le gouvernement du Canada peut-il aider les consommateurs? Faites glisser pour classer les éléments, le plus prioritaire figurant en haut.
Échantillon : Tous les répondants (n=6 855)

Près de la moitié des participants croient que le maintien du dynamisme de l'économie canadienne est la clé pour attirer plus d'investissements au Canada

Compte tenu du nombre limité d’options, les résultats pour les 3 premiers rangs ne sont pas indiqués

Comment attirer plus d'investissements au Canada

Comment attirer plus d'investissements au Canada
  Premier rang
Maintenir le dynamisme de l’économie canadienne 48%
Conclure et renouveler des accords internationaux 24%
Promouvoir le Canada à l’étranger 11%
Autres (veuillez préciser) 17%
Question : Comment le gouvernement du Canada peut-il attirer plus d’investissements au Canada? Faites glisser pour classer les éléments, le plus prioritaire figurant en haut.
Échantillon : Tous les répondants (n=6 816)

Investir dans des technologies propres et offrir des incitatifs aux particuliers et aux entreprises qui adoptent de telles technologies sont perçus comme les meilleures façons de créer une «croissance propre»

Fixer un prix pour le carbone est clairement l'option la moins populaire.

Compte tenu du nombre limité d’options, les résultats pour les 3 premiers rangs ne sont pas indiqués

Les meilleures façons de créer une « croissance propre »

Les meilleures façons de créer une « croissance propre »
  Premier rang
Investir dans les technologies propres qui favorisent la croissance de l’économie et la protection de l’environnement 46%
Offrir des incitatifs aux particuliers et aux entreprises qui adoptent des technologies propres 25%
Fixer un prix pour le carbone 6%
Autres (veuillez préciser) 23%
Question : Quelles sont, pour le gouvernement du Canada, les meilleures façons de créer une « croissance propre » – une croissance qui assure un équilibre entre l’économie et l’environnement? Faites glisser pour classer les éléments, le plus prioritaire figurant en haut.
Échantillon : Tous les répondants (n=6 755)

Aperçu des idées et des commentaires SUR LA création de nouvelles OCCASIONS en matière de commerce

En tout, 35 idées ont été soumises dans la catégorie « Créer de nouvelles occasions en matière de commerce et d’investissement à l’échelle mondiale ». Les idées émises et les améliorations suggérées concernent surtout les entreprises et le commerce.

En guise de contexte, des extraits de descriptions d’idées sont présentés ci-dessous. Ces idées ont été choisies pour le présent rapport en raison du niveau de mobilisation (commentaires et points de vue) qu’elles ont généré et de leur pertinence par rapport au thème.

Pas en situation de déficit budgétaire : « Donnez toute la liberté au secteur privé, et permettez-lui de faire son travail et de créer de la richesse et les emplois suivront. Le gouvernement ne peut pas créer d’emplois, il peut seulement les détruire ou faire crouler les entreprises sous une tonne de paperasse inutile. Posez la question à quiconque a déjà exploité une petite entreprise et vous le constaterez vous-même. »

Éducation internationale – une plateforme pour le commerce et les investissements : « La prochaine génération d’entrepreneurs, de chercheurs et d’innovateurs aura besoin d’un vaste ensemble de compétences pour réussir et apporter sa contribution dans le marché mondial des idées. Il faut que tous les étudiants universitaires aient la possibilité d’étudier partout dans le monde et aient accès à des occasions d’apprentissage intégré au travail.

Faire des études à l’étranger fait partie de l’éducation au 21e siècle. À peine 3,1 % des Canadiens qui poursuivent des études universitaires de 1er cycle à temps plein (environ 25 000) vont à l’étranger chaque année, malgré le fait que 97 % des universités proposent des expériences internationales. Une collaboration intersectorielle est nécessaire pour veiller à ce que les jeunes Canadiens saisissent les occasions qui leur permettront de se doter de compétences internationales et interculturelles qui, en début de carrière, seront précieuses pour leurs employeurs . »