Ottawa, le 4 février 2013
2013-015

Le gouvernement du Canada et la Monnaie royale canadienne marquent le retrait de la pièce d’un cent

Documents connexes :


Shelly Glover, secrétaire parlementaire du ministre des Finances, et Ian E. Bennett, président de la Monnaie royale canadienne, ont souligné aujourd’hui la date de transition officielle en vue de l’élimination graduelle de la pièce d’un cent.

Aujourd’hui, la Monnaie royale cessera de distribuer les pièces d’un cent aux institutions financières, et le nombre de ces pièces en circulation commencera à diminuer.

« Depuis trop longtemps, les pièces d’un cent dorment dans les tirelires ou traînent sous les coussins des sofas, a déclaré la secrétaire parlementaire Glover. Pour les propriétaires de petites entreprises, leur manipulation exige trop de temps compte tenu de leur valeur. De plus, leur fabrication coût trop cher : il en coûte près de 1,6 cent pour produire chaque pièce. Il est temps de leur dire adieu. »

« La Monnaie royale canadienne souligne aujourd’hui la fin d’un pan de l’histoire de la monnaie au Canada en distribuant pour la dernière fois des pièces d’un cent, a affirmé M. Bennett. La production de cette pièce canadienne date de 1908. Nous arrivons ainsi au dernier chapitre de l’histoire d’un modeste élément de notre système de monnaie qui, en son temps, a occupé une place importante dans le quotidien des gens. »

L’élimination graduelle de la pièce d’un cent n’aura aucune incidence sur les paiements par chèque ni sur les paiements électroniques. Par ailleurs, la pièce d’un cent conservera sa valeur indéfiniment et l’on pourra continuer de l’utiliser pour effectuer des paiements en espèces auprès des entreprises qui choisiront de les accepter.

Pour les opérations réglées au comptant, on s’attend à ce que les entreprises arrondissent le montant total de la vente – et celui de la monnaie à rendre – de manière équitable, uniforme et transparente. Dans d’autres pays ayant éliminé graduellement des pièces de monnaie de faible valeur, les pratiques équitables d’arrondissement des montants ont été respectées.

Pour sa part, le gouvernement a choisi une approche d’arrondissement symétrique aux termes de laquelle les montants des paiements en espèces :

  • seront arrondis à la baisse au multiple de 5 cents le plus près s’ils se terminent par 1, 2, 6 ou 7 cents (p. ex., un montant de 1,57 $ sera arrondi à 1,55 $);
  • seront arrondis à la hausse au multiple de 5 cents le plus près s’ils se terminent par 3, 4, 8 ou 9 cents (p. ex., un montant de 1,53 $ sera arrondi à 1,55 $);
  • resteront inchangés s’ils se terminent par 0 cent ou 5 cents.

Une fois que le processus sera entièrement mené à terme, l’interruption de la production de pièces d’un cent donnera lieu à des économies permanentes estimatives de 11 millions de dollars par année pour les contribuables.

Cette date de transition est conforme à un engagement énoncé dans le Plan d’action économique de 2012. Le 4 mai 2012, le ministre Flaherty a frappé la dernière pièce d’un cent aux installations de production à haute vitesse de la Monnaie royale à Winnipeg. 

La date de transition a été annoncée en juillet 2012 à la suite de consultations préliminaires auprès des petites entreprises et des détaillants, qui souhaitaient qu’elle ait lieu en début d’année afin de leur laisser le temps nécessaire pour faire leurs préparatifs, former leur personnel et mieux informer les consommateurs.

En prévision de l’élimination graduelle de la pièce d’un cent, le gouvernement a mené une campagne de sensibilisation peu coûteuse avant la date de transition d’aujourd’hui. Cette campagne offre notamment une boîte d’outils en ligne, dont des écriteaux de point de vente que les détaillants peuvent télécharger et afficher dans leurs magasins. La campagne présente aussi des foires aux questions à l’intention des entreprises, des consommateurs et des organismes de bienfaisance. Ces initiatives sont accompagnées d’une campagne dynamique menée actuellement par la Monnaie royale dans les médias sociaux.

De plus, des renseignements sur le sujet sont affichés à plus de 2 500 comptoirs postaux ruraux et urbains de la Société canadienne des postes et à des endroits très visibles dans les bureaux de Service Canada à l’échelle du pays.

Mme Glover et M. Bennett étaient accompagnés à cette activité par Diane Brisebois, présidente et chef de la direction du Conseil canadien du commerce de détail. « Nous sommes très heureux de participer à cet événement pour continuer de sensibiliser les consommateurs à ce changement touchant la monnaie du Canada, a indiqué Mme Brisebois. En adoptant une démarche concertée dans ce dossier, le gouvernement a donné aux détaillants les moyens de se préparer et de préparer leurs clients à la transition, et en acceptant de reculer la date de sa mise en œuvre, il a accordé aux détaillants le délai requis pour s’adapter. De plus, nous avons travaillé de concert avec le personnel du Ministère au développement d’outils que nos membres peuvent utiliser durant la période de transition pour fournir aux consommateurs les renseignements dont ils ont besoin aux points de vente. »

« Dans le but de faire le meilleur usage possible des pièces d’un cent encore en circulation, j’encourage les Canadiennes et les Canadiens à en faire don à l’un des nombreux organismes de bienfaisance qui s’efforcent d’améliorer concrètement notre société », a affirmé la secrétaire parlementaire Glover.

L’élimination graduelle de la pièce d’un cent s’inscrit dans le Plan d’action économique de 2012. Pour de plus amples renseignements à ce sujet ainsi que sur d’autres mesures du Plan d’action, composez le 1 800 O-Canada (1-800-622-6232) / ATS : 1-800-926-9105.

Pour plus de renseignements, les médias peuvent communiquer avec :

Mary Ann Dewey-Plante
Directrice des communications stratégiques
Cabinet du ministre des Finances
613-996-7861

Jack Aubry
Relations avec les médias
Ministère des Finances
613-996-8080

Christine Aquino
Directrice des communications
Monnaie royale canadienne
613-993-9999
aquino@monnaie.ca

Restez branchés :