Ottawa, le 11 mars 2009
2009-028

Archivé - Le FMI appuie les mesures de stimulation prévues par le Plan d'action économique du Canada

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

L'honorable Jim Flaherty, ministre des Finances, a accueilli aujourd'hui avec satisfaction une déclaration du Fonds monétaire international (FMI) qui appuie les mesures de stimulation budgétaire prévues dans le Plan d'action économique du Canada, en les qualifiant d'importantes, rapides et bien ciblées. Dans sa déclaration, le FMI souligne que les mesures de stimulation vont bien au-delà du minimum de 2 % du produit intérieur brut (PIB) qu'il a fixé, et il indique que la priorité immédiate doit être la mise en œuvre du budget, de façon à dégager les fonds requis pour les dépenses.

« Nous allons traverser cette période difficile, a indiqué le ministre Flaherty. Nous sommes des Canadiens. Nous avons les ressources nécessaires, et nous sommes mieux placés que tout autre pays du monde pour résister à cette tempête et en ressortir plus forts que jamais. Mais avant tout, il faut que les mesures de stimulation incluses dans le projet de loi d'exécution du budget soient adoptées, pour atténuer l'impact de la crise sur les Canadiennes et les Canadiens. »

Dans la déclaration marquant la fin de sa mission de 2009 au titre de l'article IV au Canada, le FMI indique ce qui suit [traduction] : « Grâce à la saine gestion des politiques publiques et aux mesures proactives que le gouvernement a prises pour maintenir la stabilité économique et financière, le Canada sera en meilleure position que bien des pays pour résister à la tourmente financière et à la récession qui sévissent à l'échelle mondiale. »

Le FMI constate que la détérioration de l'économie mondiale a frappé le Canada, qui est fortement tributaire des exportations et du commerce extérieur, ce qui a entraîné une baisse du PIB et une hausse du chômage. Il prévoit que la contraction de la production économique se poursuivra à court terme, en raison de la baisse des exportations et des faibles prix des produits de base, mais que la reprise s'amorcera lorsque tous les effets des mesures de stimulation prévues dans le Plan d'action économique du Canada se feront sentir.

Le FMI fait remarquer que les tensions évidentes dans d'autres pays, qui découlent de la prospérité économique et de la surchauffe des marchés du logement, sont beaucoup moins fortes au Canada, où le resserrement du crédit est moins prononcé qu'ailleurs. De plus, le Canada a réagi de manière proactive à la détérioration des perspectives, grâce aux mesures de stimulation budgétaire proposées par le gouvernement et à l'assouplissement de la politique monétaire appliqué avec énergie par la Banque du Canada.

Le FMI indique que les investissements dans l'infrastructure et les réductions d'impôt permanentes prévues dans le Plan d'action économique du Canada aideront à stimuler la demande, tandis que les mesures visant à renforcer le filet de sécurité sociale et à accroître la formation protégeront les Canadiens les plus vulnérables. Le budget fait aussi appel de manière adéquate à la contribution des provinces, et le FMI se félicite qu'elles aient l'intention d'adopter des mesures additionnelles. Le FMI se réjouit en outre de la décision du Canada d'éliminer des tarifs douaniers, qui manifeste l'engagement du pays envers l'ouverture et le libre-échange.

Tout en appuyant les mesures de stimulation budgétaire prises par le Canada, le FMI se réjouit que le gouvernement soit déterminé à éviter des déficits structurels à long terme et vise à ramener la dette sur une trajectoire décroissante.

Le FMI rend aussi hommage au système financier du Canada pour sa remarquable stabilité dans la tourmente mondiale, et il félicite le gouvernement d'avoir pris des mesures pour renforcer encore ce système.

« Bien qu'aucun système financier d'envergure n'ait été entièrement épargné par les retombées mondiales de la crise, les banques canadiennes étaient bien capitalisées au début de celle-ci, et elles ont évité les pertes catastrophiques qu'ont subies les banques d'autres grands pays », indique le FMI [traduction].

Dans sa déclaration, le FMI souligne que le fait d'unifier et d'améliorer la réglementation des valeurs mobilières permettrait au Canada de renforcer davantage son cadre de stabilité financière, qui est déjà remarquablement solide.

La déclaration du FMI conclut la mission qu'il a menée au Canada conformément à l'article IV de ses statuts, qui fera l'objet d'un rapport complet plus tard ce printemps. Le FMI examine l'évolution de l'économie et des politiques de chacun de ses pays membres, habituellement chaque année. Le rapport du FMI est rendu public si le gouvernement du pays visé le juge opportun. Le gouvernement du Canada est en faveur de sa publication, car il reconnaît l'importance des activités de surveillance du FMI et il tient à exprimer son engagement à assurer la transparence de ces activités.

Le texte intégral de la déclaration de fin de mission du FMI sur le Canada est disponible (en version anglaise seulement) sur le site Web du FMI à www.imf.org.

________________________________________________________
Pour plus de renseignements, les médias peuvent communiquer avec :

Chisholm Pothier
Attaché de presse
Cabinet du ministre des Finances
613-996-7861

Jack Aubry
Relations avec les médias
Ministère des Finances
613-996-8080

Pour recevoir un courriel chaque fois qu'un communiqué est publié, inscrivez-vous à www.fin.gc.ca/scripts/register-fra.asp.