Ottawa, le 27 janvier 2009
2009-011

Archivé - Le budget de 2009 : Le Plan d’action économique du Canada

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Document connexe :


L’honorable Jim Flaherty, ministre des Finances, a déposé aujourd’hui un plan budgétaire détaillé en vue de stimuler la croissance économique, de rétablir la confiance et de venir en aide aux Canadiens et à leurs familles durant une récession mondiale synchronisée.

« Le budget de 2009 est Le Plan d’action économique du Canada, a déclaré le ministre Flaherty. Il tire parti de notre position de force. Il assure à l’économie une stimulation temporaire et efficace pour aider les familles et les entreprises canadiennes à faire face à leurs problèmes à court terme. Nos investissements vont accroître la capacité du Canada à long terme; ainsi, lorsque la récession mondiale prendra fin, nous en sortirons encore plus forts. »

Le Plan d’action économique du Canada prévoit près de 30 milliards de dollars pour soutenir l’économie canadienne cette année. En tout, cela équivaut à 1,9 % de l’ensemble de notre économie.

Le Plan va stimuler l’économie grâce à :

Des mesures immédiates pour l’infrastructure

Le budget accélère et augmente le récent investissement sans précédent du gouvernement fédéral dans l’infrastructure en accordant près de 12 milliards de dollars pour financer la construction de routes et de ponts, le développement de l’accès Internet à haute vitesse et des dossiers de santé électronique ainsi que l’aménagement de laboratoires et de postes frontaliers d’un bout à l’autre du pays. Ces mesures stimuleront la croissance économique et l’emploi cette année et l’an prochain, tout en augmentant notre capacité de production à long terme.

Des mesures pour réduire les impôts et geler les cotisations d’assurance-emploi

Les Canadiens bénéficieront d’allégements de l’impôt sur le revenu des particuliers totalisant 20 milliards de dollars pour 2008-2009 et les cinq exercices suivants, tandis que les taux de cotisation d’assurance-emploi resteront à leur niveau actuel.

Des mesures pour stimuler la construction domiciliaire

Le budget fournit 7,8 milliards de dollars pour bâtir des logements de qualité, stimuler la construction et améliorer l’efficacité énergétique. Les mesures comprennent : un crédit d’impôt pour la rénovation domiciliaire qui permettra à quelque 4,6 millions de familles canadiennes de recevoir jusqu’à 1 350 $ chacune;

le financement de rénovations énergétiques; des investissements dans le logement social pour venir en aide aux Canadiens à faible revenu, aux aînés, aux personnes handicapées et aux Canadiens autochtones; et des prêts à faible coût consentis aux municipalités.

Des mesures pour améliorer l’accès au financement et renforcer le système financier canadien

Le budget fournit jusqu’à 200 milliards de dollars, au moyen du Cadre de financement exceptionnel, afin d’améliorer l’accès au financement pour les consommateurs et de permettre aux entreprises d’obtenir les fonds dont elles ont besoin pour investir, croître et créer des emplois.

Le Plan d’action économique du Canada protégera les Canadiennes et les Canadiens les plus durement touchés par la récession mondiale grâce à :

Des mesures pour venir en aide aux Canadiens

Le budget affecte 8,3 milliards de dollars à la Stratégie canadienne de transition et d’acquisition de compétences, qui inclut une aide additionnelle pour les Canadiens les plus touchés par le ralentissement de l’économie, y compris des améliorations à l’assurance-emploi et des fonds supplémentaires pour la formation et l’acquisition de compétences.

Des mesures pour soutenir les entreprises et les collectivités

Le budget protège les emplois et soutient l’adaptation sectorielle pendant la crise actuelle en accordant aux secteurs, aux régions et aux collectivités touchés une aide supplémentaire de 7,5 milliards de dollars. Il prévoit un soutien ciblé pour les secteurs de l’automobile et de la fabrication et pour le secteur forestier, ainsi que le financement de projets en matière d’énergie propre.

Une fois pris en compte les avantages continus des réductions d’impôt instaurées dans l’Énoncé économique de 2007, on estime que le Plan d’action économique établi dans le budget fera augmenter le produit intérieur brut (PIB) réel du Canada de 2,5 % et permettra de créer ou de protéger environ 265 000 emplois d’ici la fin de 2010.

« Le Canada n’agit pas seul, a déclaré le ministre Flaherty. Ces mesures remplissent l’engagement que le Canada a pris envers ses partenaires mondiaux, au sommet des dirigeants du Groupe des Vingt, de stimuler rapidement la demande intérieure tout en préservant sa viabilité financière à long terme.

« Grâce à ce plan d’action, le Canada sortira de la récession avec une infrastructure plus moderne et plus verte, une main-d’œuvre plus qualifiée, des impôts plus bas et une économie plus concurrentielle. »

________________________________________________________
Pour plus de renseignements, les médias peuvent communiquer avec :

Chisholm Pothier
Attaché de presse
Cabinet du ministre des Finances
613-996-7861

Jack Aubry
Relations avec les médias
Ministère des Finances
613-996-8080

Pour recevoir un courriel chaque fois qu'un communiqué est publié, inscrivez-vous à www.fin.gc.ca/scripts/register-fra.asp


Document d'information

Le Plan d’action économique du Canada

Le Plan d’action économique du Canadaest un plan de stimulation équilibré qui prévoit des investissements massifs dans l’infrastructure, des allégements fiscaux et des transferts, ainsi que de nouvelles initiatives.

Les mesures de stimulation prévues dans le budget de 2009 injecteront près de 30 milliards de dollars dans l’économie canadienne cette année, soit l’équivalent de 1,9 % de l’ensemble de notre économie (le produit intérieur brut [PIB] réel).

Bon nombre de ces investissements sont effectués en partenariat avec les provinces, les territoires et les municipalités. Au cours des deux prochaines années, les mesures de stimulation de l’économie canadienne, y compris celles des autres administrations,

totaliseront plus de 50 milliards de dollars, ce qui équivaut à 3,2 % du PIB réel.

Tableau 1
Le Plan d'action économique du Canada
  2009 2010 Total

  (M$, comptabilité de caisse)
Mesures pour aider les Canadiens et stimuler les dépenses 5 880 6 945 12 825
Mesures pour stimuler la construction domiciliaire 5 365 2 395 7 760
Effet de levier – logement 725 750 1 475
Mesures immédiates pour l’infrastructure 6 224 5 605 11 829
Effet de levier – infrastructure 4 532 4 365 8 897
Mesures pour soutenir les entreprises et les collectivités 5 272 2 255 7 527
Effet de levier – adaptation sectorielle 1 300   1 300
Total – Mesures de stimulation fédérales 22 742 17 200 39 942
Total – Mesures de stimulation
(y compris l’effet de levier)
29 298 22 316 51 613
En pourcentage du PIB      
Total – Mesures de stimulation fédérales 1,5 1,1 2,5
Total – Mesures de stimulation
(y compris l’effet de levier)
1,9 1,4 3,2

Nota – Les chiffres ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre au total indiqué. Ces estimations tiennent compte des décaissements projetés au cours des deux prochaines années. L’impact budgétaire est un peu moindre parce que certaines de ces dépenses se rapportent aux coûts de construction et de rénovation des biens fédéraux (dont seul l’amortissement est constaté selon la comptabilité de caisse) et aux prêts à des tiers (qui n’ont un impact budgétaire qu’en cas de risque de perte).

Remplir nos engagements à l’échelle internationale

Le Plan d’action économique du Canada permet au Canada de s’acquitter des engagements qu’il a pris au récent sommet spécial des dirigeants du Groupe des Vingt en vue de stimuler rapidement la demande intérieure tout en préservant sa stabilité financière à long terme. En fait, le Plan va au-delà de la suggestion du Fonds monétaire international invitant les pays en mesure de le faire à mettre en place des mesures de stimulation budgétaire de l’ordre de 2 % de leur PIB afin d’atténuer les effets dommageables d’une récession mondiale.