le 3 octobre 2005

Archivé - Notes d'allocution de l'honorable Ralph Goodale Lancement de la campagne des Obligations d'épargne du Canada Musée canadien de la guerre

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Ottawa, Ontario

Le texte prononcé fait foi


Merci Louise. Mes remerciements vont aussi à Joe Geurts et au Musée canadien de la guerre pour leur accueil, sans oublier la ministre Guarnieri qui s'est déplacée pour être ici avec nous aujourd'hui.

Je tiens d'abord à vous transmettre les sincères salutations du gouvernement du Canada et à souhaiter une bienvenue toute particulière à nos anciens combattants. Tout le monde à Ottawa a suivi la construction de l'édifice du musée avec un vif intérêt. Peut-être avez-vous même senti, tout comme moi, un regain de fierté à l'égard de l'histoire militaire du Canada et de l'apport de notre pays à la cause de la paix et ce, même avant la Confédération.

Cet apport a, bien sûr, pris diverses formes. Nombreux sont ceux qui ont fait l'ultime sacrifice et donné leur vie pour leur pays. Bien d'autres ont, comme certains d'entre vous, mis en veilleuse leurs années de jeunesse pour servir la nation, expérience qui, j'en suis sûr, s'est gravée à jamais dans votre mémoire.

Toutefois, il y a une autre contribution à reconnaître. C'est celle faite par les Canadiennes et les Canadiens au pays.

C'était parfois des lettres envoyées par les familles ou des changements à leur mode de vie pour soutenir l'effort de guerre. C'était parfois le fait de vivre ensemble notre deuil. C'était aussi parfois la transformation des industries et le fait de se réunir autour du poste de radio ou d'éplucher les journaux pour apprendre les nouvelles du jour.

La contribution du front civil au Canada, c'était aussi le soutien financier à l'effort de guerre dans le cadre du programme d'emprunts et de bons de la victoire, tant durant la Première Guerre mondiale que durant la Seconde.

On mettait soigneusement de côté un dollar par-ci et un dollar par-là - cet effort d'économie faisait désormais partie du budget familial. Et, bien que le programme d'emprunts et de bons de la victoire ait remboursé l'argent investi, avec intérêt, la véritable motivation provenait du désir de soutenir les femmes et les hommes venus de toutes les parties du pays afin de lutter pour la liberté à l'autre bout du monde.

On peut dire sans se tromper que la réussite de l'effort de guerre du Canada découle en grande partie des économies ainsi faites et de la volonté des Canadiens d'investir dans l'avenir de leur pays.

L'année 2005 marque le 60anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le moment est propice pour nous souvenir des sacrifices faits tant au pays qu'à l'étranger. Voilà à quoi est consacrée l'Année des anciens combattants en 2005.

Sachez toutefois que la tradition de soutenir les objectifs nationaux au moyen des emprunts et des bons de la victoire n'a pas pris fin en 1945. Elle s'est poursuivie quand s'est faite la transition des bons de la victoire aux obligations d'épargne du Canada. D'ici quelques mois, ce programme célébrera le 60e anniversaire des efforts faits par la population canadienne pour contribuer à la croissance et à la prospérité de la nation.

Au nom du Canada, je remercie ceux et celles d'entre vous qui ont servi leur pays en temps de guerre. Et je rends hommage aux gens qui ont acheté les bons de la victoire en ce temps-là comme à ceux qui achètent les obligations d'épargne du Canada aujourd'hui, et qui, ce faisant, continuent à bâtir notre merveilleux pays.

Merci.