Archivé - Rapport sur les plans et les priorités

Informations archivées

Les informations archivées sont fournies aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elles ne sont pas assujetties aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiées ou mises à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces informations dans un autre format, veuillez communiquez avec nous.

Tableaux supplémentaires

Initiative horizontale :

Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes - anciennement Initiative nationale de lutte contre le blanchiment d'argent (INLBA)

Ministère responsable :

Ministère des Finances Canada

Date de début :

juin 2000

Date de fin 

: 2009-2010

Total des affectations :

429 006 $ (en milliers de dollars)

Description:

L'Initiative nationale de lutte contre le blanchiment d'argent (INLBA) a été lancée officiellement en 2000 dans le cadre des mesures systématiques prises par le gouvernement pour lutter contre le blanchiment d'argent au Canada. Une loi adoptée cette année-là, la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité (LRPC), mettait en place un système de déclaration obligatoire des opérations douteuses, des mouvements transfrontaliers d'espèces de grande valeur et de certaines opérations interdites. La LRPC établissait également le Centre d'analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE), chargé de colliger et d'analyser des rapports sur ces opérations financières et de communiquer l'information pertinente aux organismes d'exécution de la loi et de renseignement. En décembre 2001, des modifications ont été apportées à la LRPC, qui allait désormais comprendre des mesures visant à lutter contre le financement des activités terroristes et porter un nouveau nom, Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes (LRPCFAT).

L'INLBA, dont la portée a été élargie, est maintenant connue sous le nom de Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes. En décembre 2006, le projet de loi C-25 a modifié la LRPCFAT de sorte que la législation canadienne demeure conforme aux normes internationales en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement des activités terroristes énoncées par le Groupe d'action financière (GAFI) et qu'elle traite des secteurs de risque nationaux. Au nombre des modifications, on compte un renforcement des exigences concernant l'identification des clients, la création d'un régime d'enregistrement pour les entreprises de transfert de fonds et l'instauration d'un régime de sanctions administratives et pécuniaires pour punir les infractions à la Loi de moindre importance.

Résultats partagés

Déceler et prévenir le blanchiment d'argent et le financement d'activités terroristes en plus de faciliter les enquêtes et les poursuites pour blanchiment d'argent et financement d'activités terroristes.

Structure de gouvernance

Le Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes est une initiative horizontale regroupant des organismes partenaires dont certains sont financés par l'État, d'autres pas. Le ministère des Finances Canada, le ministère de la Justice Canada, le Service des poursuites pénales du Canada (SPPC), le Centre d'analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE), l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) - Immigration et Douanes, l'Agence du revenu du Canada (ARC) ainsi que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sont les partenaires financés par l'État. Le ministère de la Sécurité publique et de la Protection civile Canada, le Bureau du surintendant des institutions financières et le Service canadien du renseignement de sécurité sont les partenaires non financés par l'État. Un groupe interministériel des SMA/groupe de travail, au sein duquel sont représentés tous les partenaires et qui est dirigé par le ministère des Finances Canada, a été mis sur pied pour coordonner les mesures gouvernementales de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement d'activités terroristes.


Partenaires fédéraux participant à chaque programme Nom du programme Total des affectations
(en milliers de dollars)
Dépenses prévues en 2007-2008
(en milliers de dollars)
Résultats prévus en
 2007-2008

Ministère des Finances Canada Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes 3 000 300 1. Consultation auprès des intervenants des secteurs publics et privés pour préciser les projets de règlement.

2. Publication d'un règlement conforme à la nouvelle LRPCFAT.

3. Achèvement de l'évaluation mutuelle du GAFI concernant le Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes.

4. Surveillance efficace du Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes.

5. Soutien à la présidence du GAFI par le Canada en 2006-2007.


Ministère de la Justice Canada Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes 9 300 100 La Section du droit pénal du ministère de la Justice Canada joue un rôle primordial à l'égard du régime. Il est prévu qu'en 2007-2008, les ressources de la Section seront consacrées à l'exécution de travaux relatifs au GAFI, y compris la participation à ses réunions internationales, dont le nombre s'élèvera à cinq (5) au cours de la période en question. Cette participation revêt une importance toute particulière en 2007, puisque le Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes est évalué cette année à la lumière des 40 plus 9 recommandations du GAFI; notre présence s'avère donc essentielle pour qu'aient lieu les débats qui s'imposent sur le rapport d'évaluation du Canada. De plus, la Section du droit pénal constituera l'autorité compétente pour répondre à toutes les questions juridiques qui découleront de l'évaluation. Des ressources seront également prévues afin que la Section continue de contribuer à l'élaboration des politiques relatives au blanchiment d'argent et au financement des activités terroristes. Finalement, la Section des droits de la personne recevra les crédits nécessaires pour s'occuper des questions constitutionnelles connexes soulevées durant les poursuites.

Service des poursuites pénales du Canada Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes 6 900 2 300 Le Service des poursuites pénales du Canada (SPPC) joue un rôle primordial à l'égard du régime. Pour l'exercice 2007-2008, on s'attend à ce que l'information fournie aux organismes d'exécution de la loi par le CANAFE suscitera une augmentation des conseils juridiques en matière de poursuites fournis aux organismes d'exécution de la loi. De plus, davantage d'accusations seront portées pour le blanchiment d'argent et le financement d'activités terroristes, ce qui entraînera une augmentation de la charge de travail des procureurs. Le SPPC doit aussi assumer des responsabilités relatives à la LRPCFAT. Les travaux prévus comprennent des demandes d'ordonnances de production et l'augmentation des saisies aux frontières et des confiscations associées à de présumés produits de la criminalité, ainsi que des poursuites relatives aux nouvelles infractions énoncées dans la Loi. En outre, des crédits seront affectés à la formation des procureurs et du personnel chargé de l'exécution de la loi ainsi qu'à l'élaboration et à la coordination de politiques concernant le blanchiment d'argent et le financement d'activités terroristes. Finalement, des ressources du SPPC seront consacrées à l'exécution de travaux relatifs au GAFI, y compris la participation à ses réunions internationales.

CANAFE Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes 266 591 38 595 L'analyse des renseignements financiers effectuée au moyen de la technologie et la divulgation de cas sont largement utilisés par les organismes de renseignements et d'exécution de la loi. Un programme favorise la conformité des entités déclarantes.

Mise en ouvre des modifications contenues dans le projet de loi C-25.


ASFC Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes 55 952 7 525 826 L'ASFC est responsable de l'administration de la Partie 2 de la LRPCFAT, « Déclaration des espèces et effets ». Le programme « Déclaration des mouvements transfrontaliers des espèces » (DMTE) exige que les voyageurs déclarent l'importation et l'exportation d'espèces et d'effets dont la valeur est égale ou excède 10 000 $ CAN. La Partie 2 de la Loi prévoit également la mise en application des dispositions du DMTE relatives à l'exécution de la législation, ce qui comprend des fouilles, l'interrogation d'individus et la saisie d'espèces non déclarées ou faussement déclarées ainsi que de produits présumés d'activités criminelles.

ARC Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes 8 800 2 200 Le nombre prévu de vérifications s'élève à 105, et le montant d'impôt fédéral recouvré devrait atteindre 8 956 905 $.

GRC (unités anti-blanchiment d'argent) Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes 57 103 7 978 Accroître, à l'échelle nationale et internationale, les possibilités de déceler les activités de blanchiment d'argent et de mener des enquêtes à cet égard.

Intensifier les communications du CANAFE et la collecte de renseignements en général, de sorte que les ressources des unités mixtes de contrôle des produits de la criminalité ou d'autres unités au sein de la GRC soient consacrées aux enquêtes en vue de multiplier les saisies.

Augmenter les ressources dans les trois principaux centres urbains du Canada (Vancouver, Toronto et Montréal) afin d'y renforcer dans la capacité d'enquêter sur des pistes relatives au régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité.


GRC (équipe de lutte contre le financement des activités terroristes) Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes 21 360 5 340 L'équipe de lutte contre le financement des activités terroristes s'efforcera d'utiliser les renseignements financiers qu'elle recueille et analyse pour des enquêtes proactives, renforçant ainsi notre capacité de déceler et de prévenir le financement des activités terroristes.
Total 429 006 52 899

Résultats que doivent atteindre les partenaires non fédéraux (s'il y a lieu) : 

Sans objet

Personnes-ressources :

Lynn Hemmings, chef
Section des crimes financiers
613-992-0553

Approuvé par :

Serge Dupont, sous-ministre adjoint
Direction de la politique du secteur financier
613-995-5798

Date de l'approbation :

Le 15 février 2007

Régime canadien de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes, Affectations selon l'année (en milliers de dollars)


Ministère/
organisme
2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008 2008-2009 2009-2010 Total

Ministère des Finances Canada 300 300 300 300 300 300 300 300 300 300 3 000
Ministère de la Justice Canada 600 1 200 1 200 1 200 1 200 1 200 2 400 100 100 100 9 300
SPPC               2 300 2 300 2 300 6 900
CANAFE 17 985 25 468 26 820 22 081 21 406 22 562 27 387 38 595 32 634 31 654 266 591
ASFC 1 4 298 4 298 4 298 4 298 4 298 4 298 7 589 7 525 7 525 7 525 55 952
ARC             2 200 2 200 2 200 2 200 8 800
GRC (équipe de lutte contre le financement des activités terroristes)             5 340 5 340 5 340 5 340 21 360
GRC (unités anti-blanchiment d'argent) 2 600 4 900 4 900 4 900 4 900 4 900 7 683 7 978 7 171 7 171 57 103

Total des affectations 25 783 36 166 37 518 32 779 32 104 33 260 52 899 64 338 57 570 56 590 429 006

1 Le financement indiqué pour les années 2000 à 2006 était alloué à l'ancienne Agence des douanes et du revenu du Canada ainsi qu'au ministère de la Citoyenneté et de l'Immigration.